Rapport accablant sur l'état du développement durable de la Belgique

©BELGA

Dans un rapport sur les objectifs belges de développement durable, le Bureau du Plan constate "peu de progrès". Et recommande aux prochains gouvernements de se retrousser les manches en analysant scientifiquement l’impact des politiques sur ces objectifs.

La Belgique progresse peu vers les objectifs de développement durable qu’elle s’est engagée avec le reste des Nations Unies à atteindre pour 2030. Dans un rapport publié ce mardi, le Bureau du Plan constate que "la prolongation des tendances actuelles ne permet pas d’atteindre ces objectifs", qui vont de la lutte contre la pauvreté à l'égalité des genres en passant par le travail décent, la croissance économique, l'action climatique ou encore la diversité de la vie.

Sur 22 indicateurs pour lesquels un objectif quantifié est fixé, quatre seulement devraient atteindre leur cible en 2030, constate le Bureau du Plan: la recherche et le développement, l’exposition aux particules fines, la pollution par les hydrocarbures et la surface marine en zone protégée. Des 17 autres, la majorité évolue dans la bonne direction, quoique pas assez rapidement.

Sur les 29 indicateurs étudiés pour lesquels la Belgique ne s’est pas fixé de cibles, onze seulement évoluent favorablement. La plupart stagnent, mais six s’éloignent de leur objectif, comme le surendettement des ménages.

Au total, il y a plus d’évaluations défavorables que d’évaluations favorables, note le Bureau du Plan. Les indicateurs qui touchent à l’environnement et à l’économie connaissent l’évolution la plus favorable. Aucun des cinq indicateurs de gouvernance ne reçoit une évaluation favorable. Et sur 23 indicateurs sociaux, quatre seulement reçoivent une évaluation favorable.

Analyser les politiques en préparation

Le Plan constate que "le gouvernement [fédéral] met peu en oeuvre les dispositions existantes en matière de développement durable" et que le développement durable "ne fait pas partie des priorités de la coopération interfédérale."

Les objectifs de l’ONU – connus comme les "SDG" (pour sustainable development goals) – fournissent pourtant un cadre utile pour préparer et mettre en œuvre de manière cohérente les politiques, souligne le Plan. Ils permettent par exemple d’objectiver dans quelles conditions une mesure comme une taxe sur le CO2 peut être positive ou négative pour les objectif de développement durable.

Le Plan recommande donc au prochain gouvernement qu’il "place le développement durable au centre de ses préoccupations." Et notamment qu’il intègre les SDG dans ses politiques et qu’il "fasse analyser scientifiquement les impacts des politiques en préparation sur l’ensemble des SDG" (et qu’il tienne compte de l’analyse pour décider). Il plaide aussi pour que la Belgique se définisse un objectif chiffré et daté pour chaque indicateur de suivi des objectifs onusiens.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect