analyse

Le sort des écoles au cœur du Comité de concertation

La hausse des admissions à l'hôpital et du nombre de patients aux soins intensifs inquiète à nouveau. Comme en octobre dernier. ©Photo News

Fermer les établissements scolaires une semaine ou deux avant Pâques? Les tenants de la ligne dure l'envisagent, mais les ministres de l'Enseignement ne l'entendent pas de cette oreille.

Ainsi va la gestion de l'épidémie. Avant la prise de décision, s'installe une période de doute et de foisonnement de rumeurs, plus ou moins fugace. Ce qui n'empêche pas certaines certitudes d'émerger. Celle-ci, par exemple: l'évolution des données épidémiologiques a de quoi inquiéter. Le nombre de contaminations détectées progresse – bien plus vite que les tests réalisés – et a dépassé, ce lundi, la barre des 5.000 par jour.

2.140
patients Covid à l'hôpital
Jeudi, on dénombrait 2.140 patients Covid hospitalisés, dont 543 aux soins intensifs. Un niveau que l'on n'avait plus atteint, en phase ascendante, depuis le mois d'octobre. Lorsque se déployait la seconde vague de l'épidémie.

La Belgique semble avoir quitté sa phase de plateau (élevé) pour rentrer à nouveau dans une accélération. Qui se ressent dans les hôpitaux, où l'on comptait, sur les sept derniers jours, une moyenne de 185,1 admissions quotidiennes – et encore, sur la fin, on se situait au-delà des 200. Ce jeudi, on dénombrait 2.140 patients Covid hospitalisés, dont 543 aux soins intensifs. Un niveau que l'on n'avait plus atteint, en phase ascendante, depuis octobre, alors que la seconde vague prenait ses aises.

La troisième vague aurait-elle fini par rattraper la Belgique, jusqu'ici globalement épargnée? Les jours qui viennent devraient permettre d'y voir plus clair.

Notez que ce regain ne constitue pas une réelle surprise, puisqu'il était annoncé par les modèles mathématiques présentés par le Premier, fin février. Peut-être la hausse vient-elle juste un brin plus tôt que prévu, relève Alexander De Croo (Open Vld). Dans ces conditions, il devenait difficile d'attendre le 26 mars pour réunir à nouveau le Comité de concertation; après un moment de flottement, un "Codeco" – électronique, s'il vous plaît – a été convoqué pour ce vendredi à 15 heures.

Avril, déjà compromis?

Qu'y aura-t-il au menu? La ligne officielle, imprimée par le Premier et son ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), est la suivante: tout faire afin que les écoles puissent ouvrir grand leurs portes après les congés de Pâques, et ne pas mettre en danger les perspectives d'assouplissement annoncées pour mai – ouverture de l'horeca en tête. Ce qui implique, rajoute-t-on au cabinet Vandenbroucke, de resserrer la vis ce vendredi. Quitte, peut-être, à revenir sur certaines mesures prévues pour avril?

Gros débat en perspective, puisque le cas des écoles est sur toutes les lèvres. Les écoles, qui représentent près de 30% des foyers du virus, font valoir les tenants de la ligne "dure", juste derrière les entreprises (40%). D'ailleurs, la catégorie des moins de 20 ans est celle où l'on enregistre la plus forte hausse de tests positifs. Aussi, pour certains, serait-il bénéfique de fermer les écoles avant les congés, une à deux semaines plus tôt que prévu.

40
écoles fermées
La Fédération Wallonie-Bruxelles ne compte que 40 écoles fermées, sur un total de 2.700, fait-on valoir côté francophone. Et l'incidence parmi la population scolaire n'est pas plus élevée qu'au sein de la population générale.

Pas envisageable, rétorque-t-on du côté des Communautés. Parce qu'il n'y a que 40 écoles fermées sur 2.700 en Fédération Wallonie-Bruxelles, indique-t-on auprès de la ministre de l'Éducation Caroline Désir (PS). Et que l'incidence parmi la population scolaire n'est pas plus élevée que dans la population générale; c'est juste que les écoles sont scrutées à la loupe. L'école, un foyer de contamination? "On parle de cluster dès qu'il y a deux cas! Et rien ne dit que la contamination ait eu lieu à l'école."

Le masque, dès les primaires?

Non, cela coince, côté francophone. On veut bien par contre envisager de s'aligner sur la Flandre, qui va imposer le port du masque pour les élèves de 5e et 6e primaires et revient sur l'idée de faire rentrer les 3e et 4e secondaires en 100% présentiel plus tôt que prévu, dès le 29 mars, sans attendre le 19 avril.

Du côté des experts, on ne plaide pas en faveur d'un baisser du rideau scolaire; on lui préfère d'autres restrictions, lesquelles viseraient les centres de loisir, les activités extrascolaires, les centres commerciaux, les métiers de contact ou le timing du couvre-feu. On sera fixés dès vendredi!

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés