Le taux d'emploi a atteint des records en 2017

©Photo News

L’embellie est au rendez-vous avec un taux d’emploi de 68,5%. Une affaire de conjoncture, de politique publique et de méthode de recueil des données.

L’année 2017 offre un millésime exceptionnel pour le taux d’emploi en Belgique. C’est un des principaux enseignements de la dernière enquête sur les forces de travail dont les résultats ont été dévoilés ce jeudi par le SPF Emploi. 68,5% des 20-64 étaient au travail l’an dernier. Depuis 1999, ce chiffre n’a jamais été aussi élevé.

Cela correspond à une hausse de 0,7% en une année mais l’administration fédérale précise qu’en raison d’un changement important de méthodologie intervenu en 2017 pour la réception des données, la comparaison n’est pas des plus opportunes. L’enquête gagne toutefois en précision. L’optimisme reste donc de mise dans la perspective des objectifs fixés par la stratégie 2020 de l’Union européenne.

Celle-ci préconise d’atteindre un taux d’emploi de 72,3% chez les 20-64 ans. L’objectif pour les femmes de cette tranche d’âge est fixé à 69%, alors qu’il n’est que de 63,6% actuellement.

De grandes différences entre régions

En commentaire, le cabinet de Kris Peeters (CD&V), ministre de l’Emploi, indique tout de même que ce bon résultat est à mettre au crédit de la conjoncture"la croissance est là même si elle n’est pas aussi importante qu’espérée" – et de nombreuses mesures mises en œuvre par le gouvernement l’an dernier.

"La Flandre enregistre ainsi un taux de chômage de 4,4%. Celui-ci atteint 9,8% en Wallonie, et 15% à Bruxelles."
.

Le cabinet Peeters cite, entre autres, la loi sur le travail faisable, le trajet de réintégration des travailleurs en incapacité de travail, les politiques de lutte contre le burn-out ou encore les mesures prises pour atténuer le choc des licenciements intervenus chez ING. Le taux d’emploi de 20-64 ans "s’élève actuellement à 73,4% chez les hommes et à 63,6% chez les femmes", précise le rapport d’enquête sur les forces de travail.

"De grandes différences apparaissent entre les régions: 73% des Flamands âgés de 20 à 64 ans sont au travail. Ce chiffre s’élève à 63,2% en Wallonie et à 60,8% à Bruxelles." Dans la capitale, pareil résultat n’a jamais été atteint.

Toujours en 2017, le taux de chômage (selon les définitions du Bureau international du travail) s’est quant à lui établi à 7,1% à l’échelle belge. "Le chiffre des hommes diffère peu de celui des femmes, à savoir 7,2% chez les hommes contre 7,1% chez les femmes, relève encore le rapport. Les jeunes (15-24 ans) enregistrent le taux de chômage le plus élevé: 19,3%. Le taux de chômage des 25-49 ans et des 50-64 ans s’élève à respectivement 6,5% et 5,4%. Ici aussi, il existe de grandes différences entre les régions. La Flandre enregistre ainsi un taux de chômage de 4,4%. Celui-ci atteint 9,8% en Wallonie, et 15% à Bruxelles."

©Mediafin


Sans surprise, l’enquête confirme que les taux d’emploi les plus faibles sont enregistrés chez les personnes les moins bien qualifiées. Ainsi, seuls 35,5% des titulaires, au plus, d’un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur sont à l’emploi. Ce taux monte à un peu plus de 65% pour les personnes ayant obtenu un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur.

La Belgique se rapproche de l’objectif de 73,2% fixé par l’Union européenne.
.

Les personnes hautement qualifiées sont 82,2% à jouir d’un emploi et sont seulement 4,3% à se trouver au chômage. Dans le domaine de l’enseignement et de la formation également, l’Union européenne a fixé quelques objectifs. En 2017, 45,9% des 30-34 ans étaient titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur. La Belgique est donc proche des 47% demandés par l’Europe.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n