Le télétravail a dopé la cybercriminalité

L'essor du télétravail a donné des idées aux cybercriminels. ©Hans Lucas via AFP

D’après une enquête de PwC, deux tiers des CFO observent une augmentation des attaques informatiques. D’où la volonté de renforcer les moyens consacrés à la cybersécurité.

Avec le coup d’accélérateur procuré au télétravail par la pandémie, la cybersécurité est plus que jamais devenue un jeu vital pour les entreprises. C’est ce que confirme l’enquête annuelle effectuée par PwC auprès de CFO d’entreprises établies en Belgique. "Le télétravail a entraîné une augmentation significative du nombre de personnes connectées qui travaillent en ligne. Ce changement a offert aux cybercriminels des possibilités d’exploiter la crise du Covid-19 et de perturber les activités, en profitant du fait que les mesures de sécurité en ligne à domicile ne sont pas toujours infaillibles", explique Ingvar Van Droogenbroeck, associé chez PwC Belgique.

66%
Deux CFO sur trois constatent une augmentation des attaques ou menaces pour la sécurité informatique de l'entreprise.

Deux CFO sur trois (66%) constatent une augmentation des attaques ou des menaces pour la sécurité informatique de l’entreprise depuis le début de la pandémie de Covid-19. La principale cybermenace sont les attaques par rançongiciels (48%). Les pirates bloquent le système informatique de l’entreprise jusqu’à ce qu’une rançon leur soit versée. On trouve ensuite le vol de données ou d’informations (34%), sur les clients de l’entreprise par exemple. Le top 3 est complété par le déni de service (31%) : l’attaque consiste à surcharger le serveur jusqu’à la panne.

Les budgets suivent

Face à la menace, les CFO ne lésinent pas pour sécuriser l’entreprise, en particulier l’infrastructure de bureau virtuel. Interrogés sur l’évolution des budgets de sécurité informatique, 14% des CFO ont déclaré qu’une augmentation significative était prévue, tandis que près de deux tiers (62%) s’attendent à une légère hausse. Environ un quart des CFO interrogés (24%) ne s’attendent à aucun changement, bien que, dans un contexte de réduction généralisée des coûts, même un budget stable représente une augmentation en termes relatifs.

"De nombreuses entreprises dépensent trop dans la technologie et pas assez dans la gouvernance et les processus."
Ingvar Van Droogenbroeck
Associé chez PwC

A quoi ces moyens seront-ils affectés ? Plus de trois quarts des CFO (76%) accorderont la priorité à une sensibilisation accrue à la cybersécurité. Compte tenu de la crise actuelle, l’amélioration de la continuité des activités constitue également une priorité à court terme (45%), de même que l’amélioration de la sécurité des points d’accès (34%), le passage des infrastructures informatiques sur site à des solutions dans le cloud (31%) et l’amélioration de la gestion des vulnérabilités (28%).

Encore faut-il bien utiliser les budgets pour la sécurité informatique. "De nombreuses entreprises dépensent trop dans la technologie et pas assez dans la gouvernance et les processus qui garantissent son efficacité", constate Ingvar Van Droogenbroeck.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés