Publicité
mon argent

Le télétravail limite le recours aux interruptions de carrière

Grâce au télétravail, l'interruption de carrière n'est plus nécessaire pour certains travailleurs. ©Photo News

Le télétravail qui permet de mieux concilier vie professionnelle et impératifs familiaux réduit l'intérêt des interruptions de carrière, selon Acerta.

Quelque 7% des travailleurs belges ont pris une forme d’interruption de carrière cet été, comme un crédit-temps, un congé parental ou un congé pour soins palliatifs. Cela représente une baisse de 12% par rapport aux deux étés précédents. Selon l’entreprise de services RH Acerta, qui fournit ces chiffres suite à une enquête menée auprès de 260.000 travailleurs, c’est le recours accru au télétravail qui explique cette tendance.

Si de courtes interruptions sont possibles, l’interruption de carrière structurelle n’est plus nécessaire pour certains travailleurs.
Nathalie Florent
Senior consultant (Acerta Consult)

"Le télétravail et le travail à domicile ont permis aux travailleurs de trouver plus facilement un meilleur équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle. Les télétravailleurs peuvent interrompre brièvement leur travail. Si de courtes interruptions sont possibles, l’interruption de carrière structurelle n’est plus nécessaire pour certains travailleurs", constate Nathalie Florent, Senior consultant chez Acerta Consult.

Les différentes formes d'interruption de carrière

L’interruption de carrière permet d’interrompre leur travail à temps plein ou à mi-temps pendant une certaine période, regroupe le crédit-temps et les congés thématiques, tels que le congé parental, le congé pour soins palliatifs et le congé pour assistance médicale.

La proportion de travailleurs qui prennent une interruption de carrière reste cantonnée sous les 7% depuis octobre 2020 déjà, alors qu’il était systématiquement supérieur à 7 ou 8% au cours des deux années précédentes.

La baisse de popularité des interruptions de carrière est particulièrement frappante durant les vacances d’été: -12,5% par rapport à 2020 en août, après -12% en juillet.

7%
La proportion de travailleurs qui prennent une interruption de carrière reste cantonnée sous les 7% depuis un an.

"Il sera donc intéressant d’examiner lors des prochains mois si le nombre d’interruptions de carrière repartira à la hausse, maintenant que de plus en plus de travailleurs retournent (partiellement) au bureau."

Car si 9 employeurs sur 10 adoptent une forme de travail hybride, selon une récente enquête Acerta, l’accent est à nouveau mis sur la présence au bureau. "Le crédit-temps et les congés thématiques vont-ils regagner en popularité, ou un ou deux jours de télétravail suffiront-ils pour que les travailleurs s’organisent et continuent à bien concilier travail et famille", s’interroge Nathalie Florent.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés