Le voilier belge Blackfish va lutter contre des déchets plastiques

©Photo News

Le Blackfish partira dans le courant du mois enquêter sur la pollution plastique dans la mer du Nord, l'océan Atlantique et en Méditerranée. Sa mission, qui devrait durer trois ans, portera également sur la migration des poissons.

La veille de la Journée mondiale des océans, la Belgique a présenté vendredi son nouveau voilier qui va s’engager dans une mission de trois ans afin d’enquêter sur la pollution plastique dans la mer du Nord, dans la Méditerranée et dans l’océan Atlantique, en collaboration avec le WWF et l’Institut flamand de la mer (VLIZ). Sensibles à la protection de la nature, les deux Anversois Peter Luyckx et Yan Trouwen, prendront le large à bord du Blackfish dans le courant du mois de juin.

Pendant cette mission, les deux navigateurs vont réaliser deux opérations scientifiques. La première consiste à récolter des échantillons de microplastiques dans les océans, susceptibles de fournir de nouvelles informations sur le problème mondial des déchets plastiques.

Ils ont construit un voilier unique en Belgique, à partir de matériaux durables et écologiques.
Jessica Nibelle
porte-parole de WWF en Belgique

Lors de chaque escale, l’équipage enverra les prélèvements aux laboratoires du VLIZ qui réalisera le travail d’analyse et de traitement. Les premiers résultats ne sont pas attendus avant 2020, selon Jessica Nibelle, la porte-parole du WWF en Belgique.

Etudier les migrations des poissons

La deuxième mission a pour but d’étudier les migrations des poissons dans l’océan. À cause du réchauffement climatique et de la pollution des eaux, les poissons se déplacent. "L’eau devient de plus en plus acide, ce qui est très mauvais pour la biodiversité", explique Jessica Nibelle. Les poissons cherchent des eaux plus froides, et ont donc tendance à migrer vers le nord".

Le Blackfish est équipé d’un récepteur pour détecter les poissons comme la morue, le bar et les anguilles, permettant d’étudier et cartographier le comportement et la migration du poisson. Il naviguera, entre autres, en mer du Nord, dans la Manche, sur la côte sud-est de l’Angleterre, en mer d’Irlande, dans l’océan Atlantique et en mer Méditerranée.

Matériaux recyclés

Fabriqué à 50% à partir de matériaux durables et recyclés, le Blackfish a été conçu pour minimiser son impact environnemental sur le milieu marin, et utilise uniquement l’énergie du vent. "Ils ont construit un voilier unique en Belgique, à partir de matériaux durables et écologiques", déclare la porte-parole de WWF.

Une attention particulière a été portée à la couche extérieure de la coque du navire, qui est généralement traitée avec une peinture très toxique pour la vie marine. Quasiment l’entièreté de la cuisine a été réalisée avec des matériaux recyclés.

Le Blackfish, qui a reçu un chèque de 500 euros du WWF, mènera parallèlement une campagne dans le but de récolter des fonds pour aider l’ONG à financer les travaux autour des écosystèmes marins. En 2021, il participera à la compétition transatlantique Transquadra, de Madère à la Martinique.

Blue Panda

Un autre bateau partira également dans les prochains jours, avec un objectif légèrement différent: sensibiliser les touristes à la pollution plastique. Le Blue Panda de WWF naviguera dans toutes les zones touristiques de la Méditerranée comme la France, l’Italie, la Grèce, la Turquie, la Tunisie et le Maroc. L’ONG espère arriver à zéro déchets plastiques dans cette zone en 2030.

La Méditerranée, un égout à ciel ouvert

À chaque nouvelle saison touristique, la mer Méditerranée se transforme en égout à ciel ouvert, selon le WWF. Le nombre de déchets qui y sont jetés augmente de 40%. Près de 570.000 tonnes de plastique se retrouvent chaque année dans cette mer, soit l’équivalent de 33.800 bouteilles en plastique par minute, selon un rapport de l’ONG publié vendredi. Les activités côtières seraient responsables de 50% de cette quantité.

Selon ce rapport, qui dénonce la mauvaise gestion des détritus dans les pays du pourtour méditerranéen, le nombre de déchets en plastique devrait quadrupler dans la région d’ici 2050. Les zones les plus polluées sont les côtes de la Turquie et les plages de Barcelone, Tel-Aviv, Valence, Marseille et Venise.

Le WWF en appelle à la responsabilité des touristes et leur demande "d’éviter le plastique à usage unique autant que possible", et presse les gouvernements à prendre un engagement commun, dans le cadre de la Convention de Barcelone, "afin de stopper les rejets de plastiques en Méditerranée d’ici 2030".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect