Publicité

Le War Heritage Institute à la recherche de partenaires privés

Le hall de l'Aviation du MRA fera l'objet de travaux d'urgence en 2022. Mais la rénovation de l'ensemble du Musée est estimée à 250 millions. ©BELGAIMAGE

Un plan prévoit le recours à des partenariats pour développer les différents sites. La rénovation du musée de l'Armée attendra la remise à neuf de tout le Cinquantenaire.

La gestion des collections et des différents sites liés à l'histoire militaire belge, un dossier négligé par la plupart des gouvernements depuis des décennies, va faire l'objet d'un nouveau plan de redynamisation sur les cinq prochaines années. La direction du War Heritage Institute (WHI), la coupole dédiée à la conservation du patrimoine historico-militaire et à la mémoire, a, en effet, dévoilé les grandes lignes d'un projet qui, s'il est est mené à bon port, devra permettre de doter la Belgique de plusieurs sites d’histoire militaire modernes et attractifs.

Un coup de pouce de la Défense

Le plan concocté par le directeur du WHI, Michel Jaupart, en collaboration avec le cabinet de la Défense et l'Inspection des Finances, prévoit que le WHI sera doté de moyens supplémentaires, grâce au développement de partenariats et à un coup de pouce de la Défense, le ministère de tutelle. Deux nouveaux pôles vont être créés. À partir de 2024, Ypres accueillera le matériel roulant de la Guerre froide et l'exposition du Gunfire Museum, qui sont aujourd'hui dans la caserne de Braaschaat. Ce projet permettra de développer le tourisme militaire déjà florissant dans la région.

La base aérienne de Beauvechain hébergera un nouveau musée consacré à aéronautique.

La base aérienne de Beauvechain hébergera pour sa part un nouveau musée consacré à aéronautique, qui centralisera toutes les réserves d'aéronefs, plus quelques pièces du Musée royal de l'Armée et d'Histoire militaire (MRA) de Bruxelles. Enfin, le site de Bastogne Barracks, où sont exposés les chars de la Seconde Guerre, sera modernisé. La cave McAuliffe a déjà été cédée par la Défense et sera gérée par un consortium regroupant Idelux, la ville et un partenaire privé qui, selon la ministre de la Défense Ludivine Dedonder, "pourrait servir de modèle pour la gestion de tous les autres sites du WHI". Ceux-ci recevront par ailleurs un montant de 650.000 euros sur la durée du plan pour assurer les investissements les plus urgents. Comme Bruxelles, tous les pôles régionaux pourront également recevoir quelques-uns des 65 militaires que la Défense maintiendra au sein du WHI.

250
millions d'euros
La rénovation du MRA à Bruxelles nécessite un budget pharaonique estimé à 250 millions.

Reste sans doute le plus difficile: le complexe plutôt vieillot du MRA à Bruxelles, qui reste malgré tout le vaisseau amiral du WHI. Sa rénovation, qui nécessite un budget pharaonique estimé à 250 millions, est prévue dans la cadre de la remise à neuf de l'ensemble du Cinquantenaire, prévue à l'horizon 2030, pour le bicentenaire de la création de la Belgique que prépare le gouvernement. D'ici là, seuls des aménagements et des investissements modestes pourront être réalisés, selon Michel Jaupart.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés