Les écoles restent ouvertes mais passent en code orange

©Photo News

La flambée des contaminations au coronavirus a obligé les ministres de l’Enseignement des trois communautés du pays à revoir les codes couleurs en vigueur dans les écoles.

Les règles sanitaires en vigueur ne collent plus du tout à la situation sur le terrain. Le pays a été épinglé en niveau d'alerte maximale par le gouvernement fédéral vendredi dernier, les écoles, elles, étaient toujours en code jaune (niveau 2 sur 4). Ce mercredi, après une longue réunion de concertation avec les syndicats, le cabinet de la ministre de l'Enseignement obligatoire, Caroline Désir, a annoncé un passage en code orange pour toutes les écoles de la Fédération-Wallonie- Bruxelles.

Mais attention, ce changement de code couleurs n'enclenche pas la procédure d'enseignement à distance. On garde un enseignement en présentiel à 100%. Seules les règles sanitaires en vigueur au sein des établissements sont renforcées. On évoque le port du masque obligatoire pour les enseignants dans les salles de profs, des restrictions pour les cours de gym, pour les refectoires, ... Une circulaire en ce sens doit être envoyée aux écoles mercredi soir.

Plutôt que de basculer simplement en code orange ou rouge, et organiser un enseignement partiellement à distance dans le secondaire, il a donc été décidé... d'adapter ces codes.

Décision identique en Flandre

Lundi soir, le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts, avait déjà fait cavalier seul en annonçant que les écoles de la région passeraient en code orange. Sans pour autant pouvoir déterminer ce que recouvrerait dorénavant ce code. Et pour cause, la concertation avec ses collègues des deux autres régions devait avoir lieu mardi. Au mieux savait-on déjà que l'enseignement en présentiel resterait la règle d’or, avec une souplesse offerte aux écoles de prévoir des cours à distance à partir de la 3e secondaire, à la seule condition que tous les élèves puissent y participer.

Cette décision permet de rencontrer la volonté de maintenir le plus longtemps possible les enfants à l'école, afin d'éviter d'aggraver le décrochage scolaire et accentuer les inégalités.

Ces nouvelles mesures seront applicables à partir du 12 novembre, soit après le congé de Toussaint prolongé.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés