Les écoles suspendues aux décisions du Comité de concertation

©Photo News

Les syndicats, pouvoirs organisateurs, et parents ont demandé jeudi après-midi qu'on ne reconfine pas complètement les écoles après la Toussaint.

Les syndicats enseignants, les pouvoirs organisateurs et les fédérations de parents lancent un appel pour que l’on ne ferme pas la porte des écoles aux enfants de maternelle et primaire, et qu’on réouvre les classes pour les deux premières années du secondaire après les vacances (prolongées) de Toussaint.

Ils ont lancé cet appel après avoir rencontré jeudi après-midi la ministre de l'enseignement Caroline Désir (PS). Mais leur plaidoyer s'adresse surtout au Comité de concertation, qui doit se tenir ce vendredi après-midi.

Les acteurs de l'enseignement demandent que l'on maintienne un enseignement hybride (50% à l’école) pour les autres années, si les mesures sanitaires adoptées lors du Codeco ne permettent pas à tout le monde de revenir à l'école après le 12 novembre.

Un testing efficace des profs

Syndicats, PO et parents se disent conscients de la gravité de la situation sanitaire. À leurs yeux, il faut privilégier le testing du personnel enseignant et explorer de nouvelles pistes pour faciliter et accélérer le processus.

Ils demandent aussi que soient stabilisées les conditions dans lesquelles s'exercera l'enseignement au moins jusqu'aux congés de Noël. Enfin, les syndicats et PO réclament un respect strict dans toutes les écoles des mesures sanitaires qui figurent dans les protocoles actuels.

Au cabinet de la ministre Désir, on précise que la balle est à présent dans le camp du Codeco, et qu'il faut attendre les résultats de la négociation avant de savoir vers où exactement on se dirige pour l'après-Toussaint.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés