Les élèves du secondaire en présentiel à temps plein dès le 10 mai

©BELGA

Tous les élèves du secondaire retrouveront l'école en présentiel à 100% à partir du 10 mai. Une annonce qui en agace certains dans les rangs syndicaux.

L'ensemble des élèves francophones retrouveront les bancs de l'école à temps plein à partir du lundi 10 mai. Cette décision a été entérinée mercredi après une concertation entre la ministre de l'Éducation, Caroline Désir (PS), et les acteurs de l'enseignement. "Il est absolument indispensable de faire revenir tous les élèves en présentiel pour des raisons à la fois pédagogiques et psychologiques", a insisté la socialiste.

"Il est absolument indispensable de faire revenir tous les élèves en présentiel pour des raisons à la fois pédagogiques et psychologiques"
Caroline Désir
Ministre de l'Éducation

Pour rappel, les jeunes à partir de la 3ᵉ secondaire fréquentaient depuis novembre 2020 leurs établissements scolaires seulement à mi-temps, le reste se faisant à distance. En primaire et dans le premier degré du secondaire, les cours en présentiel à temps plein avaient par contre été maintenus.

Autotests pour prévenir les clusters

Initialement, Caroline Désir espérait qu'une rentrée en présentiel pour tous puisse intervenir dès le 3 mai. Après consultation des experts, prudents face à la lente diminution des transmissions, il a toutefois été décidé de reporter ce retour en classe d'une semaine. Ce décalage permettra aussi aux écoles de n'avoir à organiser qu'une demi-semaine pour la reprise, puisqu'elle inclut deux jours de congés pour l'Ascension.

"D'ici à la date du 10 mai, à cadence inchangée, nous aurons vacciné au moins 600.000 personnes supplémentaires, soit certainement une large majorité des plus de 55 ans et une partie des plus de 45 ans et nous aurons protégé les plus vulnérables. Par ailleurs, nous aurons déployé des autotests pour prévenir mieux les clusters, en plus du testing PCR classique", a encore précisé la ministre.

Grogne syndicale

Si les pouvoirs organisateurs sont globalement satisfaits, l'annonce de ce retour en présentiel des deuxième et troisième degrés du secondaire passe plutôt mal dans les rangs syndicaux. "On estime que le rapport bénéfices-risques pour 17 jours supplémentaires en présentiel n'est pas bon. Vu que les enseignants ne sont pas prioritaires pour la vaccination, on se demande si on tiendra le coup", lâche le président de la CGSP Enseignement, Joseph Thonon.

"On estime que le rapport risque-bénéfices pour 17 jours supplémentaires en présentiel n'est pas bon"
Joseph Thonon
Président de la CGSP Enseignement

La CGSP, tout comme le Setca-SEL, ont par ailleurs prévenu que toutes les actions d'enseignants qui viseraient à dénoncer des manquements aux règles sanitaires seront couvertes. "Les experts Geert Molenberghs et Erika Vlieghe ont insisté sur le respect strict de ces règles, notamment l'aération des locaux. Or, les retours du terrain nous font dire que ce dernier point pose problème dans pas mal d'établissements du libre", note Emmanuel Fayt pour le Setca-SEL.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés