Les ministres belges du climat se rencontrent pour la première fois

Les quatre ministres de l'environnement belges Alain Maron (Ecolo - Bruxelles), Marie-Christine Marghem (MR - fédéral), Philippe Henry (Ecolo - Wallonie) et Zuhal Demir (N-VA - Flandre). ©BELGA

Les quatre ministres belges en charge du climat se sont réunis pour la première fois en marge de la COP25 de Madrid, mercredi. Ils ont tenté d'accorder leurs violons sur la partie commune du Plan national énergie-climat (PNEC), sans parvenir à conclure.

Les quatre ministres belges en charge du climat se sont rencontrés pour la première fois à Madrid, en marge de la conférence du climat (COP25). Ils ont cherché à avancer dans la finalisation du plan national énergie-climat (PNEC), que la Belgique doit remettre à la Commission européenne pour la fin de l'année. Le texte, qui compilera les plans régionaux et fédéral, devrait être finalisé le 18 décembre.

"On a essayé de se donner du confort chacun dans nos matières pour pouvoir constituer un texte intégré commun", a indiqué la ministre fédérale Marie-Christine Marghem (MR). "L'ambiance était bonne et respectueuse des entités de chacun", a assuré de son côté la ministre flamande Zuhal Demir (NV-A), tandis que son collègue bruxellois Alain Maron (Ecolo) abondait sur l'utilité des "contacts humains directs entre ministres", qui "permettent de dissiper un certain nombre de malentendus".

Fine tuning

"Il faudra que les moyens suivent."
Alain Maron
Ministre bruxellois de l'environnement (Ecolo)

La Belgique doit présenter un plan sur la manière dont elle va réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 35% d'ici 2030, comme l'exige l'Union européenne. Chaque région a adopté un plan de manière indépendante.

Les quatre entités buttent encore sur quelques difficultés pour finaliser le plan national. Certaines sont techniques, explique le ministre wallon Philippe Hernri (Ecolo), comme "la manière de comptabiliser: il faut être sûrs qu'on parle bien de la même chose". D'autres purement politiques - "il faut se mettre d'accord sur les formulations" des parties communes du texte. Et sa collègue fédérale d'assurer qu'il s'agit juste de fine tuning.

Un plan évolutif

La Flandre a annoncé lundi sa décision de viser 32,6% de réductions d'émissions à cet horizon et cela ne remet pas en cause l’objectif national de 35%, ont indiqué les quatre ministres. "Ce n'est pas un point final, a souligné Zuhal Demir, c'est un plan évolutif" - l'ambition flamande pourrait donc être revue à la hausse à l'avenir.

Ce sera à coup sûr nécessaire, alors que la Commission européenne, qui présentait mercredi son "Pacte vert", se prépare à proposer le relèvement de l'objectif européen pour 2030 de 40% de réductions à au moins 50% de réduction.

À ce sujet, le Bruxellois Alain Maron souligne espérer de nouvelles aides financières: "Il faudra que les moyens suivent."

Les ministres doivent se revoir jeudi à Madrid pour poursuivre leur "COP belge". À Bruxelles, le Conseil européen cherchera de son côté un accord pour fixer une date (2050) pour atteindre la neutralité carbone du continent. Les quatre ministres n’étaient pas en mesure, mercredi, de dire la position qu’adopterait la Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n