Les profs malades ou en quarantaine sont irremplaçables

A la mi-septembre, l'Ecole plurielle, à Molenbeek-Saint-Jean, a dû fermer ses portes après que plusieurs enseignants aient été détectés positifs au Covid-19. ©BELGA

Remplacer les profs absents est un véritable casse-tête. Une circulaire a été envoyée dans les écoles pour assouplir les règles le temps que l'épidémie se calme.

D'après les chiffres de l'ONE, 350 enseignants ont été mis en quarantaine entre le 21 et le 27 septembre, dont 227 sont positifs au Covid-19. De nouveaux chiffres paraissent aujourd'hui, ils risquent de gonfler...

Avec le passage de la mise à l'arrêt de 14 à 7 jours, cela pose un souci pour les remplacer. En effet, la règle prévoit que l'enseignant peut être remplacé si son congé maladie dépasse 10 jours. Le cabinet de la ministre de l'Enseignement a donc décidé d'assouplir cette règle: l'enseignant couvert d'un certificat de maladie ou en quarantaine sera remplaçable dès son premier jour d'absence. L'objectif est de maintenir la continuité pédagogique et éviter la fermeture des écoles, comme c'est le cas ici et là. Si certaines écoles ont été tenues de fermer, précise-t-on au cabinet, ce n'est pas en raison du risque sanitaire, mais par manque de profs. A certains endroits, il a suffi d'un ou deux enseignants touchés pour que tout le personnel soit renvoyé à la maison...

Reste un écueil: trouver des enseignants disponibles. Vu la pénurie, ce n'est pas gagné, dit-on à la CGSP. Dans une lettre ouverte, le directeur du collège Cardinal Mercier (Braine-l'Alleud), Bruno Hendrick, a fait part de son agacement: "l’idée est bonne mais de toute façon, il n’y a plus un seul enseignant sur le marché, écrit-il. La pénurie est sévère et en temps de Covid, impossible de trouver le moindre intérimaire. Une fois de plus, voilà un bel effet d’annonce mais inutile sur le terrain."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés