Publicité
mon argent

Les propositions pour changer le régime de pension se multiplient

Les présidents de partis de l'Open Vld (Egbert Lachaert) et du CD&V (Joachim Coens) proposent différentes solutions pour modifier l'accès à la pension minimum. ©Photo News

Une proposition de loi de l'Open Vld qui vise à resserrer l'accès à la pension minimum suscite de nombreuses réactions. Quel est l'enjeu?

Le président de l'Open Vld, Egbert Lachaert et la cheffe de groupe, Maggie De Block, ont présenté une proposition de loi visant à resserrer l’accès à la pension minimum.

La ministre des Pensions, Karine Lalieux (PS) qui présentera sa réforme des pensions à la rentrée a évoqué une "provocation", alors qu'elle attend que le Premier ministre, Alexander De Croo, inscrive ce point à l'agenda des travaux gouvernementaux. Les 7 et 8 septembre, se tiendra en outre la Conférence sur l’emploi où l’accent sera mis sur les pensions et les fins de carrières.

Conditions actuelles

En septembre 2020, le gouvernement avait décidé d’augmenter progressivement la pension minimale à 1.500 euros net pour une carrière complète (45 ans). Mais, contrairement à ce que cela pourrait laisser penser, cela ne signifie pas pour autant que tout le monde aura droit à ce montant. Le calcul se fait toujours au prorata du nombre d’années de carrière. Ainsi, à l’issue d’une carrière de 40 ans, on n’a droit qu’à 40/45e de ce montant.

20
années de travail effectif
La proposition de loi prévoit que pour bénéficier de la pension minimum, il faudrait désormais avoir une carrière de 30 ans, dont 20 de travail effectif.

Il faut en outre avoir une carrière d’au moins 30 ans (périodes assimilées comprises) pour pouvoir prétendre à la pension minimum. Les périodes assimilées sont des périodes durant lesquelles on n’a pas travaillé, mais qui rentrent en ligne de compte pour le calcul de la pension (maladie, chômage, etc.).

Pourquoi limiter les conditions d'accès?

C'est là qu’intervient la proposition du Vld puisqu’elle prévoit que, pour bénéficier de la pension minimum, il faudrait désormais avoir une carrière de 30 ans, dont 20 ans de travail effectif. "Vingt ans, cela reste encore équilibré. Cela permet de tenir compte des personnes qui n’ont pas de chance et il faut être conscient que cela ne correspond qu’à la moitié d’une carrière complète", insiste Egbert Lachaert.

Se référant à l’accord de gouvernement qui liait la pension minimum à une condition d’emploi effectif d’une ampleur à déterminer, il estime que le moment est venu. "Aujourd'hui, on a accès à une pension minimum si l'on a une carrière d'au moins 30 ans, mais ça peut très bien être trente ans de chômage. Maintenant que l'on va augmenter la pension minimum, on doit mettre une limite. Sinon, l'on crée une injustice supplémentaire à l'égard des gens qui ont travaillé toute leur vie", a-t-il fait valoir.

Ce mercredi, le président du CD&V, Joachim Coens, a fait une autre proposition. Les sociaux démocrates flamands souhaitent maintenir l'accès à la pension minimum pour ceux qui ont une carrière d'au moins 30 ans comme c'est le cas aujourd'hui. Mais aussi pour ceux qui ont une carrière de 20 ans de travail effectif, mais pas forcément une carrière de 30 ans. "En prenant également en compte des périodes assimilées (invalidité, chômage, soins), nous prenons en considération les personnes qui ont subi un revers - par exemple un accident de travail ou qui sont au chômage pour une longue période". Une façon aussi de tenir compte des femmes qui ont élevé leurs enfants et n'ont pas forcément 30 ans de carrière, mais 20 ans de travail effectif".

Aujourd'hui, on a accès à une pension minimum si l'on a une carrière d'au moins 30 ans, mais ça peut très bien être trente ans de chômage.
Egbert Lachaert
Président de l'Open Vld

Le Premier ministre, Alexander De Croo a confirmé hier que le programme du gouvernement prévoyait effectivement d'aborder la question du nombre minimum d'années ouvrant le droit à une pension minimum. "Cela me paraît on ne peut plus logique. Combien d'années et comment ces années doivent être remplies? Cela fera partie des discussions au cours des prochains mois".  

Réactions contrastées

Wim Van der Donkt (leader N-VA à la Chambre) a salué "un petit pas dans la bonne direction", tout en disant craindre que les partis de gauche au pouvoir n’auraient pas le même avis.

Le syndicat chrétien flamand (ACV), a estimé par la voix de son porte-parole, David Vanbellinghen, que "de cette façon, on punit certaines personnes deux fois. Par exemple, les femmes qui restent plus souvent la maison pour élever leurs enfants et qui ont bénéficié de périodes assimilées pour leur pension, ou des personnes qui ont perdu leur emploi ou ont des difficultés à en (re)trouver un".

Groen a invité à mener ce débat "sereinement", tandis qu’Ecolo a rappelé l’importance de l’égalité hommes-femmes en matière de pension, de l’augmentation des pensions les plus faibles et de l’assouplissement des fins de carrières avec maintien des droits de pension.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés