Les syndicats en ordre dispersé sur le préavis de grève pour le climat le 15 mars

7.500 jeunes ont marché pour le climat à Bruxelles en compagnie de l'icône mondiale de la lutte contre le réchauffement climatique, Greta Thunberg. Le mouvement Youth for Climate en Belgique a appelé les syndicats à le rejoindre pour la grève mondiale prévue le 15 mars.
  • Ce qu'il faut retenir de la marche de Greta Thunberg à Bruxelles

    Immanquable car partout à la fois. Immanquable car cernée de policiers et de photographes. Greta Thunberg était ce jeudi à Bruxelles pour se joindre au mouvement belge de YouthForClimate. Cette septième journée de mobilisation était marquée d’un sceau définitivement européen.

    • Par les forces en présence, tout d’abord. En plus de la jeune activiste suédoise, les chefs de file des mouvements néerlandais et allemands s’étaient jointes au cortège.
    • Par les discours aussi: Greta Thunberg s’est exprimée à la Commission européenne le matin. Une prise de parole piquante: "Dire que tout ira bien ne donne pas espoir. C’est même l’inverse", a-t-elle fustigé. Son discours mord et attaque. En face d’elle, ceux qu’elle déteste et qu’elle veut pourtant convaincre: "Il nous reste onze ans avant la perte de contrôle totale. C’est maintenant", affirme-t-elle. Des actes, pas des discours.
    ©REUTERS

    La figure de proue du mouvement flamand, Anuna De Wever, interroge Jean-Claude Juncker"Vous ferez quoi demain, concrètement?" Le président de la Commission louvoie, félicite l’engagement, profite d’une autre question pour enchaîner sur le Brexit dont, jure-t-il, "il ne comptait pas parler".

    En marge des discussions, les diplomates européens félicitent aussi la prise de position et l’énergie de ces adolescentes qui viennent parmi les grands. "Certainement, cela va influencer les débats. Mais nos efforts à eux seuls sont vains, l’effort doit être mondial. Or ce n’est pas le cas. Pour le moment, nous nous donnons bonne conscience", nous glisse un commissaire suédois.

    Greta Thunberg cernée par les médias de toute l'Europe ©Dieter Telemans

    Greta Thunberg continue son marathon, arrive cette fois-ci sur le parvis de la gare du Nord, entourée d’un cordon policier. La foule l’acclame, elle et les marcheuses des autres pays. Quelque 7.500 marcheurs à Bruxelles, 3.500 à Gand. Si la mobilisation a perdu en nombre, elle a gagné en visibilité. Des Belges en grande majorité, mais aussi, et pour la première fois, des étrangers. Un signe ne trompe d’ailleurs pas: toutes les télévisions européennes étaient présentes.

    Pour lutter contre cette baisse de régime, YouthForClimate a su trouver une nouvelle porte-parole. Ils cherchent aussi une nouvelle méthode. Pour le 15 mars, ils lancent un appel général à la grève qu’ils veulent mondiale. Chez nous, les syndicats en front commun ont lancé un appel à déposer des préavis. "Nous appelons tous les profs, les étudiants, les travailleurs à se joindre au mouvement", martèle Adélaïde Charlier, la chef de file du mouvement francophone.

    Greta Thunberg ©BELGA

    Greta Thunberg approuve, et quitte la conférence pour aller prendre son train. Demain, elle sera à Paris, pour une nouvelle marche.

  • Les syndicats en ordre dispersé sur le préavis de grève

    Si les syndicats éprouvent de la sympathie pour les jeunes qui manifestent, tous n'entendent pas répondre positivement à l'appel qui leur a été fait de déposer un préavis de grève pour le 15 mars, journée de mobilisation mondiale en faveur du climat.

    • La CSC n'a pas l'intention de déposer un préavis, selon son président, Marc Leemans. "Nous soutenons la mobilisation et appelons même à y participer. Mais nous n'introduirons pas de préavis de grève", a-t-il fait savoir.
    • La FGTB dit également appuyer le mouvement climatique, mais laisse le soin aux centrales professionnelles de prendre attitude. Pour sa part, la centrale générale - l'une des plus importantes au sein de la FGTB - a déjà fait savoir qu'elle déposerait un préavis de grève.
  • Grève générale pour le climat 15 mars prochain

    Le mouvement belge pour le climat, sous l'égide de Youth for Climate, a appelé à une mobilisation plus générale  à la suite de la septième manifestation des jeunes à Bruxelles. En vue de la grève mondiale pour le climat prévue le 15 mars, le front commun composé de Youth For Climate, Students For Climate, Teachers for Climate et Workers For Climate, a demandé aux syndicats de déposer un préavis de grève pour les rejoindre dans ce mouvement de mobilisation pour le climat. "Nous appelons les syndicats, comme toute la société, à nous rejoindre", a souligné un représentant de Students For Climate.

    > Le front commun appelle à des actions locales le matin, avant une grande marche dans la capitale l'après-midi.

  • Une conférence de presse à 17h00

    À 17h00, Greta Thunberg et les cheffes de file du mouvement Youth for Climate en Belgique, Adélaïde Charlier, Anuna De Wever et Kyra Gantois, donneront une conférence de presse à la Tour du Midi. Le front commun composé de Youth For Climate, Students For Climate, Teachers for Climate et Workers For Climate doit y exposer ses ambitions pour la "grève mondiale" du 15 mars.  

  • Fin de la manifestation, rendez-vous jeudi prochain à Gand

    Le cortège est arrivé au point de dislocation, à la gare du Midi. Contrairement aux précédents rassemblements, la prochaine manifestation est prévue à Gand, le jeudi 28 février. La Cité des Comtes accueillera aussi une grande manifestation sur le même thème dimanche, "Rise for Climate". 

  • Le mouvement s'essouffle à Bruxelles

    Les manifestants étaient moins nombreux ce jeudi que lors de l'édition précédente. Jeudi dernier environ 11.000 jeunes avaient en effet marché dans les rues de Bruxelles.

  • 7.500 jeunes à Bruxelles, selon les estimations de police

    7.500
    jeunes manifestants
    C'est le nombre de jeunes qui manifestent pour une justice climatique dans les rues de Bruxelles.

  • Des centaines de jeunes affluent à la gare du Nord de Bruxelles

    Des centaines de jeunes affluent vers la gare du Nord à Bruxelles, d'où une marche "Youth for Climate" s'est élancée vers 13h00 pour se terminer vers 15h à la gare Midi.

    Dès midi, des dizaines de participants se rassemblaient, arborant divers pancartes aux slogans toujours plus accrocheurs tels que "Respect your mother" ou "Fais pas ta gourde, arrête le plastique".

     "Pour nous, c'est important que Greta (Thunberg, NDLR) vienne, car si elle a choisi la Belgique, c'est qu'elle voit que la mobilisation est importante", souligne une jeune étudiante venue spécialement de Liège pour l'occasion. "Nous continuerons tous les jeudis jusqu'à ce que le gouvernement change, j'espère que ça ne va pas durer jusque juin mais nous ne baisserons pas les bras", prévient une autre étudiante liégeoise.

    Les jeunes sont également rejoints par des seniors, plusieurs dizaines d'entre eux arborant une banderole "Grootouders voor het klimaat" (Grands-parents pour le climat).

  • 3.000 jeunes dans les rues de Gand

    Quelque 3.000 jeunes se sont rassemblés à Gand, selon les premières estimations de la police, à l'occasion d'une nouvelle édition du "Jeudi pour le climat". La marche, qui a débuté depuis la Sint-Pietersplein, se terminera face à l'hôtel de ville, avec des prises de parole de l'organisation qui déplore la lenteur de la transition vers une société tendant vers le "zéro carbone".

  • ©REUTERS
    ©EPA

  • Anuna De Wever prend la parole

    "Nous voulons voir des actions concrètes. Ce n’est pas l’évolution que vous voyons", interpelle l'étudiante belge. Question à laquelle les dirigeants européens n'ont pas pris la peine de répondre. 

    "Si Juncker n’a pas répondu, c’est parce qu'il n'a rien à dire. Il n'a aucun plan", souligne la jeune fille.

  • "Les abeilles sont aussi importantes que Trump" (Juncker)

    Antonio Tajani, le président du Parlement européen, absent ce jeudi: "Nous devons davantage écouter nos citoyens", a-t-il laissé comme message à la jeune Suédoise. 

    Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne: "Il y a beaucoup de messages entendus dans les rues d’Europe. J’ai souvent, avant, regretté que les jeunes ne s’engagent pas. Moi-même je me suis engagé vers 16 ans, mais durant l'après-midi. Je ne ratais pas l’école le matin", lance-t-il aux jeunes qui manifestent pour le climat durant les heures de cours. 

    "Je ne ratais pas l'école le matin."
    Jean-Claude Juncker
    président de la Commission européenne

    Il explique que l'UE ne doit pas uniquement se concentrer sur elle-même en matière de politique climatique: "On se concentre aussi sur l’Afrique, qui a besoin de beaucoup d’aide en matière climatique. Durant la prochaine période de financement, 1 euro sur 4 ira au développement climatique", précise-t-il. 

    "On ne devrait pas mettre trop d'espoir dans l'Europe: l'Europe ne peut pas tout", souligne Juncker, insistant sur les responsabilités nationales et locales. Après une digression sur l'harmonisation des chasses d'eaux destinée à insister sur la nécessité pour les institutions européennes de se concentrer sur les "grandes choses", il s'en est pris à l'administration américaine et son refus "idéologique" de reconnaître le réchauffement climatique provoqué par l'homme: "Moi je pense qu'il suffit d'observer la nature, les insectes, les abeilles, pour voir que quelque chose de pernicieux est en train de se passer." Avant d'ajouter: "Les abeilles sont aussi importantes que Trump."

    ©REUTERS

  • Les phrases-clés du discours de Greta Thunberg

    • "Les gens ont espoir que les jeunes sauvent le monde. Mais ils ne le sauveront pas. Il faut le faire avant que nous soyons grands", a d'abord déclaré la jeune Greta, accompagnée d'Anuna De Wever, Adelaïde Charlier et d'autres jeunes.
    • "La plupart des politiciens ne veulent pas nous parler, bien. Nous ne voulons pas leur parler non plus. Qu’ils parlent avec les scientifiques, ça aidera", a-t-elle lancé.
    • "Le système politique que vous avez créée est juste basé sur la concurrence, sur le pouvoir. Non. Nous devons collaborer, partager les ressources qu’il nous reste."
    • "Il nous reste encore du temps. Il reste 11 ans avant un hors-contrôle total."
    • "L'UE veut diminuer ses émissions de CO2. Certains disent que c’est ambitieux. Mais cet objectif n’est pas suffisant pour protéger le futur des enfants. L'UE doit les diminuer de 80% d’ici 2030, et cela doit passer par une réduction du trafic aérien et naval."
    • "On laisse tous les problèmes à notre génération. Mais ce n'est pas pour notre futur que nous nous battons, c'est pour celui de tout le monde."
    • "Si vous pensez que nous devrions être en classe, faites grève, vous!"
    • Dire que tout va bien en ne faisant rien, ce n'est pas acceptable. Se contenter d'attendre que l'espoir revienne, c'est une attitude d'enfant gâté. L'espoir est quelque chose qui se gagne."
    • "Nous avons décidé de nettoyer votre bordel et nous n’arrêterons pas avant que tout soit propre."
  • En live

    Greta Thunberg à la Commission européenne

    ©REUTERS

  • Plus de 100 patrons belges signent pour une politique climatique forte

    Début février, une campagne d’un genre inédit a été lancée: "Sign for my Future". Née d’une initiative citoyenne, cette campagne invite la Belgique à signer son "appel aux prochains gouvernements pour une politique climatique forte". Parmi les premiers à signer, de nombreux dirigeants d'entreprise.

  • Des scientifiques et chercheurs appellent à une grève climatique mondiale

    Des chercheurs et universitaires ont signé une tribune et invitent à marcher pour le climat: "Depuis des années, nos travaux disent des vérités sont difficiles à entendre sur l'état de la planète et du monde, et en particulier sur la menace existentielle que représentent les bouleversements climatiques et la destruction de la biodiversité", écrivent-ils.

    "Nous avons nourri le débat public, ouvert la science à l’expertise citoyenne. Nous avons tout essayé. Et pourtant…"

    Ils soutiennent également les multiples mobilisations de la jeunesse: "C’est devenu pour ceux qui possèdent une parcelle de savoir, un impératif moral et politique d’accompagner et d’encourager cette mobilisation de la jeunesse, de chercher avec elle et avec le plus grand nombre des réponses progressives et efficaces aux défis vitaux auxquels nous sommes désormais confrontés."

    "Nous ferons nous aussi la grève scolaire pour le climat le 15 mars", ajoutent-ils. En effet, les membres de Youth for Climate ont appelé à une grève à l'échelle mondiale ce jour-là

    Parmi les nombreux signataires de la tribune, on retrouve Jean-Pascal van Ypersele (UCLouvain), Olivier de Schutter (UCLouvain), Antoine Bailleux (Université Saint-Louis), mais aussi de nombreux chercheurs internationaux. 

  • Qui est Greta Thunberg?

    Tout a commencé le 20 août dernier quand cette jeune Sudéoise anonyme, du haut de ses 16 ans, a décidé, seule et contre l'avis de ses parents, de faire une grève scolaire pour le climat.

    Son message? "A quoi bon aller à l’école s’il n’y a pas de futur?" Très confidentiel à ses débuts, il a fini par trouver une caisse de résonance, avec aujourd'hui des milliers de jeunes qui marchent pour le climat en Belgique et dans le monde. 

    Dans l’intervalle, deux prises de parole l’ont fait passer sous les feux des projecteurs mondiaux: à la conférence de Katowice (Pologne) sur le climat (COP 24), où elle prononce un discours, puis à Davos, au Forum économique mondial où elle est invitée par un groupe de scientifiques, le mois dernier. 

  • Le programme

    • Greta Thunberg prendra la parole en fin de matinée à la Commission européenne aux côtés de son président Jean-Claude Juncker, vers 10h45, lors de la conférence "Quelle Europe voulons-nous après les élections au Parlement européen?";
    • Elle donnera ensuite une conférence de presse avec ses émules: Anuna De Wever, Adelaïde Charlier et l’Allemande Luisa Neubauer;
    • Elle rejoindra alors la marche pour le climat, qui débute vers 13h;
    • Elle devrait ensuite reprendre le train – pas question de monter dans un avion – pour la France, les Pays-Bas puis l’Allemagne.
    ©BELGA

  • Bienvenue

    Comme chaque jeudi depuis bientôt deux mois, les jeunes du pays vont défiler dans les rues pour réclamer une justice climatique. Avec une particularité cette fois: l'icône mondiale de la lutte contre le réchauffement climatique, qui est aussi l'initiatrice des grèves scolaires pour le climat, Greta Thunberg, a fait le déplacement jusque Bruxelles! 

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés