Les syndicats se fâchent contre les assureurs

©DMS

Comme dans d’autres secteurs, des négociations ont cours entre employeurs et syndicats des assurances. Il s’agit de s’entendre sur une nouvelle convention collective pour 2019-2020.

Les discussions avançaient bien, notamment sur des questions comme les fins de carrière, le temps partiel, la formation ou encore la mobilité. Mais elles se sont tout récemment crispées lorsque le thème du pouvoir d’achat est venu sur la table.

"Aucun respect pour les efforts que vos travailleurs ont fournis ces dernières années."
Les syndicats aux assureurs

Pour rappel, le gouvernement a fixé la norme salariale à 1,1% sur deux ans (en plus de l’indexation), comme le prévoyait le projet d’accord interprofessionnel. Les syndicats du secteur des assurances veulent du récurrent, les employeurs (via la fédération Assuralia) n’en veulent pas. "Vous répondez ‘non’ à notre demande légitime d’obtenir, dans le cadre de la marge salariale de 1,1%, une augmentation récurrente pour le personnel, alors que vous octroyez des dividendes récurrents et de plus en plus importants à vos actionnaires", écrivent les syndicats dans une lettre commune envoyée aux CEO des compagnies.

Cette option "ne fait preuve d’aucun respect pour les efforts que vos travailleurs ont fournis ces dernières années", estime le front commun syndical. Qui promet de geler la concertation dans les entreprises si la position patronale ne bouge pas. Du côté d’Assuralia, on confirme le différend mais on se garde bien de le commenter. Les parties se revoient en septembre.

Les syndicats ont entrepris la même démarche envers les banques, écrivant aux dirigeants pour déplorer ce qu’ils tiennent pour un manque de concertation. Ici, le différend est plus large, il ne se limite pas à la question salariale. La fédération Febelfin reconnaît un "contexte difficile" mais parle d’"une volonté de parvenir à un accord entre les parties". Prochaine réunion en août. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect