Les verts veulent interdire les armes nucléaires en Belgique

Un rapport de l'Otan confirme la présence d'armes nucléaires en Belgique, à Kleine-Brogel. ©Photo News

Un projet de rapport de l'Assemblée parlementaire de l'Otan indique que la Belgique abrite des armes nucléaires américaines à Kleine-Brogel. Ecolo va déposer une proposition de loi pour interdire de telles armes chez nous.

La Belgique qui abriterait des armes nucléaires? Il n'y a jamais eu de confirmation officielle, mais des experts en ont déjà parlé, un document révélé par Wikileaks prouvait cette présence, etc. Désormais, il y a aussi un projet de rapport de l'Assemblée parlementaire de l'Otan (AP-OTAN), institution indépendante de l’OTAN, qui confirme que la Belgique conserve des armes nucléaires américaines à Kleine-Brogel. Il a été découvert par Ecolo.

Bien que le gouvernement fédéral en ait toujours nié l'existence, ce rapport de l'Otan confirme que des bombes nucléaires B-61 sont bien stationnées en Belgique sur la base aérienne de Kleine-Brogel.
Samuel Cogolati
Député Ecolo

Ce document public - plus exactement un projet de rapport - du 16 avril dernier, qui porte sur la "dissuasion nucléaire", nous apprend que "dans le contexte de l'Otan, les États-Unis déploient environ 150 armes nucléaires, en particulier des bombes gravitationnelles B61, en Europe, à bord d'avions à double capacité (capacité conventionnelle et nucléaire, tels que les F-16 belges, NDLR), à la fois américains et alliés. Ces bombes sont stockées dans six bases américaines et européennes - Kleine-Brogel en Belgique, Büchel en Allemagne, Aviano et Ghedi-Torre en Italie, Volkel aux Pays-Bas et Inçirlik en Turquie."

Une nouvelle version du texte, datée du 11 juillet, ne précise plus le lieu de Kleine-Brogel, écrit La Libre Belgique.

Proposition de loi

Suite à cela, Ecolo et Groen annoncent le dépôt d'une proposition de loi visant à interdire les armes nucléaires en Belgique.

Sans aucun débat public ni décision démocratique en Belgique, l'Otan indique que ces bombes nucléaires stationnées en Belgique seront remplacées au cours de la prochaine décennie par des nouvelles bombes plus rapides et plus précises.
Samuel Cogolati

"Bien que le gouvernement fédéral en ait toujours nié l'existence, ce rapport de l'Otan (plus exactement ce projet de rapport de l'Assemblée parlementaire de l'Otan, NDLR) confirme que des bombes nucléaires B-61 sont bien stationnées en Belgique sur la base aérienne de Kleine-Brogel. Il est temps de mettre fin à cette hypocrisie et d'enfin mener un débat transparent sur cette question", a commenté Samuel Cogolati, le député Ecolo qui a découvert le texte. 

"En refusant d'admettre la présence de ces armes sur notre territoire, les responsables politiques empêchaient de fait toute discussion. Or, il s'agit d'un enjeu fondamental. Peut-on accepter de telles armes sur notre territoire, sous la responsabilité de quelqu'un comme Donald Trump? Poser la question, c'est y répondre", a ajouté le député écologiste. Il dénonce aussi le fait que "sans aucun débat public ni décision démocratique en Belgique, l'Otan indique que ces bombes nucléaires stationnées en Belgique seront remplacées au cours de la prochaine décennie par des nouvelles bombes plus rapides et plus précises: les bombes guidées B61-12."


Selon les verts, leur proposition sera prise en considération ce jeudi au cours de la séance plénière. Elle devrait être suivie par le sp.a puisque les socialistes flamands veulent que la Belgique se prononce en faveur du démantèlement nucléaire et demandent que les armes nucléaires présentes sur le territoire soient retirées. Les socialistes flamands défendront une telle proposition au sein de la commission de la Défense de la Chambre.

 

Bonjour,

 

Votre article "Les verts veulent interdire les armes nucléaires en Belgique" mis en ligne ce jour ( https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/general/les-verts-veulent-interdire-les-armes-nucleaires-en-belgique/10145552.html) identifie de manière erronée le document concerné comme un document de l’OTAN / d’une commission de l’OTAN. Il s’agit en réalité d’un rapport présenté par un parlementaire de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN (AP-OTAN). L’AP-OTAN est une institution entièrement séparée et indépendante de l’OTAN. Les documents publiés par l’AP-OTAN ne peuvent donc en aucun cas être considérés comme des documents officiels de l’OTAN. Les rapports de l’AP-OTAN sont des documents publics, basés exclusivement sur des sources ouvertes.

 

Par ailleurs, comme votre article le précise, le document concerné est un projet de rapport, qui tant qu’il n’est pas adopté par la commission de la défense et de la sécurité de l’AP-OTAN, représente le point de vue du seul rapporteur auteur du rapport.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect