Publicité
interview

Manuel Abramowicz, spécialiste de l'extrême droite: "Les militaires comme Conings, c'est le sommet de l'iceberg"

Manuel Abramowicz, animateur du site RésistanceS. ©BELGAIMAGE

Spécialiste de l'extrême droite, Manuel Abramowicz, constate un problème de fond dans les forces armées.

Manuel Abramowicz est spécialiste de l'extrême droite et animateur du site RésistanceS qui suit ces mouvements chez nous comme ailleurs. Brève analyse du phénomène en Belgique et dans l'armée.

Les idées d'extrême droite progressent-elles de manière importante en Belgique?

Oui, au même titre qu'elles augmentent en Allemagne et en France. On ne peut le déterminer essentiellement qu'avec les résultats électoraux. Et les scores de Marine Le Pen correspondent plus ou moins à ceux du Vlaams Belang, soit 24%. Cela ne veut pas dire qu'un quart de l'électorat est d'extrême droite. Un certain nombre d'électeurs adhèrent à 100% au programme d'extrême droite, et puis s'agrège à ça, un vote protestataire qui surgit par méconnaissance ou à la faveur d'une certaine partie du programme. Ceux qui votent de manière réfléchie pour l'extrême droite, forment un noyau dur qu'on évalue à moins de 10% de la population. Celle qui souhaite l'instauration d'un régime d'extrême droite. Évidemment, les réseaux sociaux ont un effet démultiplicateur en tant qu'espace médiatique accessible au plus grand nombre. Ce qu'on y lit, on l'entendait avant dans les cafés ou dans les réunions de familles.

"La crise covid joue en faveur de l'extrême droite, mais celle-ci n'a pas besoin d'elle pour percer."

La crise covid risque-t-elle de faire monter le phénomène?

Oui, nos professeurs d'histoire nous l'ont toujours appris. C'est lorsqu'on est frappé par la crise ou qu'un pays voisin est frappé par la crise que l'extrême droite peut faire office de recours. Elle reste profondément modernophobe, phobique. La crise joue donc en sa faveur, mais elle n'avait pas besoin d'elle pour percer. Elle l'avait fait avant. Au départ, l'extrême droite n'était pas très présente dans la critique de la gestion sanitaire, puis il y a eu un basculement à l'été où on l'a vue participer à la contestation. En Belgique, surtout côté francophone, dans des manifestations organisées par le secteur horeca. Ces gens se sont mobilisés dans une logique d'infiltration.

L'extrême droite est invisible côté francophone...

On nous dit tout le temps que l'extrême droite est un phénomène flamand. C'est faux. Le Belang fait 24% et son pendant francophone n'a plus qu'un élu communal à Fleurus, c'est vrai. En Flandre il y a une demande et une offre. Côté wallon, il n'y a plus d'offre. Seuls subsistent des groupuscules, mais la demande reste. À une époque, elle tournait autour de 20% dans certains endroits.

Et maintenant?

Sans ses divisions internes, il y aurait un FN avec 5.000 militants actifs. Aujourd'hui, l'espace du vote protestataire a été récupéré par le PTB. Ce qui me fait dire qu'en Wallonie, l'avenir de l'extrême droite est bouché.

"Jürgen Conings est un bras cassé: il s'est exprimé et s'est mis une cible sur le dos."

L'armée constitue-t-elle une sorte d'îlot ou se développe l'extrême droite?

Non. Je vois ça comme une dynamique de noyaux durs, comme dans la police. Les grandes gueules, ce sont les fachos. Et plein d'autres, à côté, n'osent rien dire, car c'est l'omerta. Mais au sein de l'extrême droite, il y a pas mal d'anciens militaires et d'anciens policiers, c'est vrai.

Il n'y a pas un problème d'extrême droite à l'armée alors?

Bien sûr que si. Les trente militaires qui sont suivis par les renseignements, c'est le sommet de l'iceberg. Ce sont ceux qui s'expriment sur Facebook. Les renseignements ont-ils été sur le darkweb? Il y a des gens qui ne communiquent plus. Jürgen Conings, c'est un bras cassé: il s'est exprimé et s'est mis une cible sur le dos. La Défense ne peut pas faire grand-chose quant aux 30 militaires concernés, car elle n'a pas assez d'armes juridiques. À l'évidence, il y a un problème au sein des forces armées.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés