Olivier Symon: "Il faut oser sortir de ces prisons dorées"

Simon, Louise, Rosalie, Félicien et Marie. Cinq profils clés de la génération 2020, au cœur de notre société. Des parcours différents. Mais cinq témoignages qui se rejoignent sur un constat. Le monde ne tourne pas (plus?) rond. L’optimisme est déjà un combat.

Jamais il n’aurait imaginé raconter cette histoire-là. L’histoire de son parcours professionnel qui renaît en septembre dernier. Olivier a alors 29 ans. Il travaille dans le privé. Un jour d’été, il quitte l’open space pour le théâtre de la salle de classe. Pour le meilleur et pour le pire. Mais surtout pour le meilleur.

Ça a commencé ainsi. "J’ai étudié à l’ICHEC, à Bruxelles, pour devenir ingénieur commercial. Pourquoi? Je ne sais pas très bien", raconte-il d’emblée, la voie douce et un peu intimidé. Il n’a pas l’habitude de s’épancher. "À 18 ans, personne ne sait ce qu’il rêve de faire comme métier. Encore moins de devenir contrôleur de gestion. Je me suis immiscé là-dedans, en pensant avoir des débouchées rapides."

"Je suis prof, je travaille plus que dans le privé et je gagne moins."


Olivier Symon
  • 29 ans
  • Diplômé de l’ICHEC.
  • Cinq ans d’expérience dans le privé, la finance et la consultance.
  • Enseignant au collège Matteo Ricci depuis septembre.
L’APP indispensable

Instagram. Une évidence pour un photographe amateur de paysages. Olivier compte plus de 12.000 followers. Allez-y faire un tour (@olivier_symon).

LA boîte dans laquelle investir

"J’investirai dans mon école. Ou plutôt dans les écoles", insiste-t-il. "Nous manquons cruellement de moyens."

LA citation

"Vieillir est obligatoire mais grandir est un choix." Youssoupha.

Il voit juste. À peine diplômé, il obtient un premier poste d’analyste financier chez Bain & Company, au dernier étage de la tour du numéro 326 de l’avenue Louise. "J’avais 24 ans. J’en ai pris plein la vue. Tout était attractif: le salaire, les bonus, les voyages… J’ai bossé dans un super environnement de travail. Un environnement tellement incroyable qu’on a dû mal à s’en détacher." Une sorte de prison dorée bien pensée pour "éviter que leurs employés ne partent chez McKinsey ou BCG." Mais trois ans et demi plus tard, il claque la porte. Et il enchaîne les boîtes: chez GSK d’abord avant d’atterrir en juillet dernier chez Alpega, un important concepteur de logiciels de logistique dans le monde. "C’est là que l’enfer a commencé". Là aussi que sa vie professionnelle a basculé.

Dès son embauche, les tensions avec son supérieur direct se sont révélées toxiques au point de lui être nuisibles. Jusqu’au jour où il lui dit clairement lors d’une réunion: "Tu devrais être motivé à l’idée que moi j’aie mon bonus"." Il en ressortit groggy. "J’avais l’impression de travailler pour le bonus d’un autre."

Quelques jours plus tard, il accompagne sa femme enseignante dans une école de discrimination positive. "J’ai eu un chouette échange avec les enfants. Je leur ai notamment demandé ce qu’ils voulaient faire plus tard. Certains m’ont répondu: comptable. Je leur ai expliqué mon profil, mon parcours et ces prisons dorées." Cet épisode va lui permettre de voler de ses propres ailes. Il postule chez Teach For Belgium, une ASBL qui recrute divers profils pour se lancer dans l’enseignement qui lutte contre les inégalités. Il suit une formation et, quatre semaines plus tard, en septembre dernier, il vit sa première rentrée des classes au collège jésuite Matteo Ricci. "Aujourd’hui, j’aime ce que je fais. Et pourtant, je bosse plus que dans le privé et je gagne 900 euros net de moins."

Une dernière leçon. "Les gens imaginent qu’on est des planqués et qu’on est en congé toute l’année. Or, c’est l’inverse. Je travaille plus que lorsque j’étais chez Bain & Company. Mais ma force est que j’ai le droit d’avoir un avis puisque j’ai bossé dans le privé, je peux me permettre de comparer." Mais ça, c’est une autre histoire à raconter.

Génération 2020
Cinq rencontres

Celles de Simon, Louise, Rosalie, Félicien et Marie. Des profils clés, au cœur de notre société. Des parcours différents. Mais cinq témoignages qui se rejoignent sur un constat. Le monde ne tourne pas (plus?) rond. L’optimisme est déjà un combat.

  1. Olivier Symon: "Il faut oser sortir de ces prisons dorées"
  2. Félicien Bogaerts: "C'est difficile d'être optimiste vu la situation"
  3. Louise Hannecart: "Il n'y a pas que la croissance éternelle"
  4. Rosalie Compère: "Ma peur? Qu'on oublie le passé"
  5. Marie Lecocq: "J'ai l'impression qu'on est assis sur une cocotte-minute"
Cinq projets

Climat, mobilité, emploi, santé, représentation citoyenne. Face à chaque enjeu que nos jeunes définissent au quotidien, ils avancent les solutions. En estimant que la technologie aidera à repousser tous les possibles. Cela, ils en sont convaincus; ils y croient dur comme fer. Ils surlignent surtout le réel enjeu: le retour au "sens", plutôt que la quête du profit. Génération impact, vous avez dit?

  1. Tech & Data | "Les données n'ont pas qu'un objectif commercial"
  2. Climat | "Les extrêmes permettent d'innover"
  3. Santé | "Injectez votre argent qui dort dans l'économie réelle"
  4. Participation citoyenne | "Le citoyen est en demande de plus grande démocratie"
  5. Mobilité | Fluidifier le trafic par la voie du parking

Lire également

Publicité
Publicité