Publicité
analyse

Panacher la vaccination? La question perd en pertinence

Ce vendredi soir à Bruxelles, la vaccination s'ouvre aux personnes nées entre 1975 et 1980. Tandis que les 35-40 ans peuvent s'inscrire sur liste d'attente. ©BELGA

Faut-il arrêter de descendre dans les âges, et inviter en vrac les 18-40 ans? Encore ouvert, ce débat sera bientôt dépassé par la campagne de vaccination.

Certes, c'est plutôt rare. Mais il arrive que le temps et le cours des choses apportent une solution avant que la décision politique ne s'ébroue, soit en répondant à la question, soit en rendant celle-ci obsolète. C'est ce qui est en passe d'arriver au débat autour du "panachage" dans la campagne de vaccination.

C'était il y a peu, pourtant. Début mai, le concept du panachage, appuyé par la task force vaccination, a déboulé sur la table de la Conférence interministérielle (CIM) Santé. Le concept? Un glissement de la stratégie, consistant à cesser de convoquer les Belges par classes d'âge afin d'ouvrir la vaccination à tous les volontaires de 18 à 40 ans.

Les jeunes, en dernier?

Oui, l'âge constitue le grand facteur de risque qui sous-tend l'organisation de la campagne, mais celui-ci perd de son acuité au fur et à mesure que l'on se tourne vers un public de plus en plus jeune. Ce qui mène au renversement suivant: à partir d'un âge pivot, fixé autour de la quarantaine, ne faudrait-il pas cesser de progresser pas à pas? De quoi permettre, au passage, de lutter contre l'hésitation vaccinale et de ne pas reléguer les plus jeunes en queue de peloton, au risque de les perdre.

3.308.394
Belges de 18 à 40 ans
D'après les données de Statbel, la Belgique comptait, en 2020, plus de 3,3 millions de personnes âgées de 18 à 40 ans.

Las, la question a été laissée en suspens à la CIM. À vrai dire, le concept n'enchante pas vraiment la Flandre, par ailleurs fortement occupée à vacciner ses personnes âgées. Avec une adhésion vaccinale dépassant les 95% parmi les plus de 65 ans, la Flandre traverse moins vite les classes d'âge que Bruxelles ou la Wallonie.

Une question dépassée

Et si la Flandre a le temps avant de se prononcer, ce n'est plus le cas des autres Régions. À Bruxelles, ce vendredi soir, la vaccination s'ouvre aux personnes nées entre 1975 et 1980, tandis que les personnes entre 35 et 40 ans peuvent se mettre sur liste d'attente. Pour l'heure, Bruxelles poursuit sa descente progressive dans les âges. Histoire de ne pas "surcharger le call center", indique-t-on au cabinet du ministre de la Santé Alain Maron (Ecolo) et de ne pas "générer trop de frustration chez les citoyens", qui seraient éligibles mais risqueraient de patienter à cause d'un afflux massif.

"La question ne se posera sans doute même pas."
Le cabinet de Christie Morreale

Même son de cloche en Wallonie, occupée essentiellement avec les quinquagénaires, mais ayant déjà convoqué, dans certaines zones, des personnes de moins de 30 ans. La cadence est soutenue et le sera encore plus durant le mois de juin. "La question ne se posera sans doute même pas", résume-t-on au cabinet de la ministre Christie Morreale (PS).

Ou quand la campagne de vaccination n'attend pas la concertation politique interfédérale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés