Pas d’examen avant 2021 dans les écoles officielles

Dans l'enseignement officiel, il n'y aura plus d'examens en 2020. ©BELGAIMAGE

Les élèves de l'enseignement officiel vont pouvoir se consacrer pleinement aux apprentissages à la rentrée. Les examens de passage en septembre, mais aussi les évaluations sommatives avant les congés de Noël passent à la trappe, révèle Le Soir, ce mardi.

Exit les examens en septembre, mais aussi en décembre. Cette décision forte vient d'être prise par le pouvoir organisateur Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) à l’attention de ses 127.000 élèves. La mesure figure dans le plan de rentrée élaboré par le nouvel administrateur général du réseau officiel Julien Nicaise.

127.000
Élèves
Pour les 127.000 élèves de l'officiel, il n'y aura pas d'examens avant 2021.

Après environ quatre mois sans écoles pendant la crise, les établissements de WBE comptent privilégier les apprentissages lors du premier trimestre de l'année scolaire 2020-2021. Les semaines habituellement consacrées aux examens en primaire et secondaire vont être mises à profit à cet effet.

4 à 5 semaines d'apprentissages en plus

Dans son plan, Nicaise demande donc à tous les établissements de son réseau de renoncer aux examens de repêchage du début septembre 2020.

"L’absence d’examens en septembre, nous l’avons décidée dès le début du confinement sur le principe de la bienveillance et du soutien à avoir auprès de tous nos élèves", explique-t-il au Soir.

"Les évaluations formatives et les évaluations continues au fil de l’année demeurent d’usage."
Julien Nicaise
Administrateur général de WBE

En supprimant aussi la traditionnelle session de décembre, WBE estime que ses élèves gagneront 4 à 5 semaines d’apprentissages. "Bien entendu, les évaluations formatives et les évaluations continues au fil de l’année demeurent d’usage. Ce que nous ne voulons pas, c’est mobiliser l’établissement et l’équipe pédagogique plusieurs semaines durant pour des bilans et des évaluations sommatives", précise Julien Nicaise.

"Une décision laissée à chaque école"

L'enseignement catholique, qui scolarise la moitié des quelque 900.000 élèves de Wallonie et de Bruxelles, n'envisage pas de renoncer de manière généralisée aux examens de décembre 2020.

Le SeGEC suggère aux directeurs d'êtres attentifs au temps consacré aux évaluations, mais cela sera laissé à l'appréciation de chaque école."
Conrad Van de Werve
porte-parole de la SeGEC

Pour le Secrétariat général de l'enseignement catholique (SeGEC), qui chapeaute tous les pouvoirs organisateurs de l'enseignement libre catholique en Wallonie et à Bruxelles, pareille décision est laissée à la liberté de chaque école. "Le SeGEC suggère aux directeurs d'êtres attentifs au temps consacré aux évaluations (de décembre), mais cela sera laissé à l'appréciation de chaque école", dit son porte-parole, Conrad Van de Werve.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés