Perquisitions à l'Inspection spéciale des impôts: ça continue

©BELGA

Les perquisitions se poursuivent dans plusieurs bureaux de l'Inspection spéciale des impôts (ISI) et le domicile de plusieurs personnes. L'opération est effectuée en raison de la violation du secret professionnel dans le cadre de différentes affaires et des fuites qu'elles ont engendrées dans la presse.

Pour la deuxième journée consécutive, la justice bruxelloise a mené des perquisitions dans les bureaux de l'Inspection spéciale des impôts ainsi que dans des habitation privées, a-t-on appris de source judiciaire. Ces perquisitions auraient été effectuées après quatre plaintes de l'administrateur-général de l'ISI, Frank Philipsen, pour violation du secret professionnel et des fuites d'informations dans la presse.

Le parquet de Bruxelles avait déjà mené mardi des perquisitions dans les bureaux de l'ISI et des habitations privées.

Karel Anthonissen dans le viseur

Mardi, les perquisitions ont été menées dans les bureaux de l'ISI à Bruxelles, Anvers et Gand, selon Francis Adyns, porte-parole du SPF Finances. D'après une source proche du dossier, une autre perquisition s'est déroulée dans le bureau gantois de l'ancien directeur régional Karel Anthonissen. La porte-parole du parquet de Bruxelles, Ine Van Wymersch, a confirmé ces informations. "Nous ne pouvons pas encore communiquer le résultat des perquisitions. Le matériel saisi doit encore être analysé", a-t-elle indiqué.

Une des plaintes concerne la fuite dans la presse, en novembre dernier, de plus de 300 noms de grandes entreprises, d'institutions renommées et de chefs d'entreprise sanctionnés en 2014 par l'ISI. Atlas Copco, BP, Sarens, la VUB et AB InBev faisaient notamment partie de cette liste. Les Finances avaient annoncé qu'une plainte serait déposée à la suite de ces fuites.

Karel Anthonissen nie pour sa part être à la base des fuites d'informations dans la presse.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés