edito

Pour battre le racisme, on demande les entreprises

Editorialiste

Discriminations à l'embauche.

La discrimination raciale n’a pas sa place dans notre société. Elle est interdite et punissable par la loi, exclue par le droit européen, lequel renvoie à la déclaration universelle des droits de l'homme. L'égalité des chances est une de nos valeurs fondamentales et le rejet du racisme, un principe essentiel. Cela coule de source : rien, absolument rien ne permet de hiérarchiser les humains entre eux sur base de leurs origines.

OK. Mais alors, pourquoi le monde de l’entreprise est-il si peu varié ? Comment se fait-il que, lorsque la diversité est là, on la retrouve si souvent dans les fonctions secondaires, parmi les petites mains, et si rarement aux étages de la direction ?

Comment se fait-il que les médias, ce secteur qui parle des autres secteurs et prend le pouls de la société, soient si blancs ? Pourquoi la diversité est-elle si peu visible à l’écran ? Pourquoi les experts consultés (et les éditorialistes !) ont-ils à peu près tous la même couleur de peau ?

Constatons que les politiques de ressources humaines entretiennent souvent les discriminations, que ce soit à l’embauche ou à la promotion.

Non, on ne va pas taxer les entreprises en général, ni la presse en particulier, de racisme latent. Mais constatons que les politiques de ressources humaines entretiennent souvent les discriminations, que ce soit à l’embauche ou à la promotion. Comme pour les femmes, un plafond de verre bloque les personnes de couleur, parfois même dès l’entrée.

C’est injustifiable et pourtant c’est une réalité : à diplôme équivalent, le candidat d’origine étrangère visible part souvent perdant. Par préjugé ou alors est-ce par facilité ? On pense peut-être qu’il est plus simple, plus confortable de recruter celui ou celle en qui je me reconnais, en qui je crois me reconnaître.

A beaucoup d’égards, les entreprises sont pragmatiques, dynamiques. Elles n’ont pas peur d’y aller, elles aiment l’efficacité, elles ne parlent que d’innovation. Mais sur le terrain de la lutte contre les discriminations raciales, on a du mal à retrouver ces caractéristiques. Comme si elles étaient frileuses, perdues, ne sachant pas trop comment s’y prendre.

Et pourtant, les entreprises ont tout pour être un puissant moteur de l’égalité des chances. Elles recrutent, forment, choisissent des responsables d’équipe, des chefs de département, des dirigeants. Avec l’éducation, peut-on imaginer meilleurs atouts pour battre le racisme ?

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés