Publicité

PS et Ecolo quitteront le gouvernement en cas de décès d’un sans-papiers

Nombre de sans-papiers ont aussi entamé une grève de la soif ces derniers jours. ©Photo News

Le vice-Premier ministre Pierre-Yves Dermagne a informé Alexander De Croo et les autres vice-Premiers que les membres socialistes du gouvernement démissionneront si l'un des grévistes de la faim décède, rapporte Le Soir. Ecolo serait sur la même ligne.

Les personnes sans-papiers installées à l'église du Béguinage ainsi que dans des locaux de l'ULB et de la VUB, à Bruxelles, sont en grève de la faim depuis près de deux mois. Nombre d'entre eux ont également entamé une grève de la soif ces derniers jours. Cette situation particulièrement critique a fait réagir le vice-Premier ministre et ministre de l'Économie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne (PS).

Ce dernier a informé le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et les autres vice-Premiers que les membres socialistes du gouvernement remettraient leur démission si un des grévistes de la faim décède. Il l'a également indiqué au bureau de parti qui se tenait en matinée, écrit Le Soir ce lundi.

En réaction à ces menaces, le président du CD&V Joachim Coens a suggéré ce lundi d'envisager des hospitalisations forcées pour les sans-papiers en grève de la faim dont l'état de santé se dégrade dangereusement. "La grève de la faim doit cesser. À court terme, une seule chose compte: éviter des morts en cassant la pression du groupe, via une intervention médicale urgente, et au besoin une hospitalisation forcée pour ceux dont la vie est en danger. Fournir une aide médicale, même à ceux qui la refusent jusqu'ici", a tweeté Joachim Coens.

Le vice-Premier ministre CD&V, Vincent Van Peteghem, a pour sa part insisté pour que la Croix-Rouge ait accès aux grévistes de l'église du Béguinage. Il assure que M. Mahdi fait tout ce qui est légal pour trouver des solutions durables. "Ces personnes méritent la clarté, pas de faux espoirs ni d'espoirs passagers. Et on ne peut leur offrir cela qu'en connaissant leur dossier personnel", a-t-il ajouté.

Dimanche, un appel inhabituel avait déjà eu lieu via les réseaux sociaux: les présidents du PS et d'Ecolo, partis partenaires de l'Open Vld au sein du gouvernement fédéral, avaient interpellé via Twitter le Premier ministre pour lui demander d'intervenir dans le dossier, afin d'éviter un "drame imminent". 

La pression est désormais montée d'un cran. En cas de décès d'un sans-papier, "les ministres et secrétaires d'État PS remettraient leur démission dans l'heure", affirme Pierre-Yves Dermagne. Lui-même, Karine Lalieux (Pensions), Ludivine Dedonder (Défense), et le secrétaire d'État Thomas Dermine feraient donc vaciller l'exécutif. 

Ecolo suit

Le coprésident d'Ecolo Jean-Marc Nollet a, de son côté, fait savoir, via Twitter, que les actes de son parti "seront bien entendu posés en pleine cohérence avec nos propos". "Nous l’avons fait savoir dès hier au Premier ministre", a-t-il ajouté.

Ecolo continuera également "à travailler à des solutions plus qu’urgentes au vu de la situation", conclut Jean-Marc Nollet.

Le porte-parole du parti a ainsi également confirmé au Soir qu’il faut bien y voir une menace de démission. Toujours selon le journal, les deux partis ont effectivement pris cette position en Conseil des ministres restreint.

Sammy Mahdi nomme un "envoyé spécial"

Le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Sammy Mahdi (CD&V) a, quant à lui, désigné, ce lundi, un envoyé spécial pour orienter les demandeurs d'asile en grève de la faim vers les procédures existantes.

Il s'agit de Dirk Van den Bulck, commissaire général aux réfugiés et aux apatrides au sein du CGRA.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés