Rébellion dans un avion: "Si c'était à refaire, je le referais"

©Photo News

Le député-bourgmestre Emir Kir (PS) ne regrette pas d'être intervenu lors de l'expulsion d'une ressortissante nigériane le 12 mai. Mais la N-VA a décidé de porter plainte contre lui pour incitation à la rébellion dans un avion.

Le SPF Intérieur a déposé plainte contre Emir Kir pour incitation à la rébellion dans un avion à l'occasion du retour forcé d'une ressortissante nigériane. Cette intervention n'a pas été vue d'un bon oeil par le ministre de l'Intérieur Jan Jambon et le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken.

Quand? Le 12 mai

Où? Dans un avion d'Air Maroc, à destination de Casablanca.

Quoi? Emir Kir a instigué une révolte des passagers de l'avion contre l'expulsion d'une ressortissante nigériane.

Pourquoi? La femme se débattait et criait. Selon Emir Kir, la situation était devenue humainement insoutenable. "Nous avons réagi parce que nous étions confrontés à une violence physique et psychologique insupportable. Les cris de cette femme étaient insoutenables."

Emir Kir n'est pas impressionné par la plainte. Il affirme qu'il "se battra jusqu'au bout contre ceux qui voudraient changer les règles du fonctionnement démocratique de la Belgique. Cette réaction montre la logique de ce gouvernement, et en particulier de la N-VA, qui estime opportune l'utilisation de la violence pour des expulsions". Le député interpellera les deux ministres N-VA à la Chambre.

Soutien du PS sur Twitter

Emir Kir a déjà reçu le soutien de deux de ses coreligionnaires socialistes bruxellois sur Twitter.

Un geste de simple compassion d'Emir Kir et la brutalité de la NVA se dévoile— phmoureaux (@phmoureaux) 21 Mai 2015

Cette plainte contre @emir_kir c'est de la foutaise Haine-VA ! On ne doit pas oublier le cas dramatique de Semira #Adamou morte étouffée !— Jamal Ikazban (@ikazban) 21 Mai 2015

Des incidents similaires, impliquant des mandataires politiques bruxellois, se sont déjà produits ces dernières années. En février 2014, la députée Gisèle Mandaila (FDF) était intervenue lors d'une expulsion dans un avion reliant Bruxelles à Kinshasa. Elle avait porté plainte contre un policier pour un coup de poing reçu au visage. En mars 2012, la sénatrice Fatiha Saïdi (PS) s'était également manifestée auprès des policiers dans un avion d'Air Maroc. 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés