Publicité
Publicité
analyse

Règles plus strictes pour qui revient d'un pays où sévit un variant

Déjà reparti sur le front des inondations, le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS) n'était pas présent à la conférence de presse détaillant les décisions du Codeco. Tout comme le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit), occupé à défendre à la Chambre les textes légaux soutenant le "covid safe ticket". ©Photo News

Deux tests seront nécessaires au retour d'une contrée où des variants règnent, a décidé le Codeco. Quant au "covid safe ticket", il sera de mise pour des événements de plus de 1.500 personnes.

D'une crise à l'autre. Ainsi va la Belgique ces derniers jours. Et si le Premier ministre a évoqué les dramatiques inondations et la journée de deuil national prévue ce mardi, à l'issue du Comité de concertation de lundi, il lui a bien fallu bifurquer vers cette autre crise qui nous accapare depuis un an et demi.

47,8%
De la population
En Belgique, 59,6% des adultes sont intégralement vaccinés, ce qui représente 47,8% de la population totale.

Quoi de neuf sur le front du coronavirus, donc? Puisque c'est une histoire qui roule, les nouvelles en provenance de la campagne de vaccination sont, une fois de plus, de nature à rassurer.

En Belgique, 82,4% des adultes ont déjà reçu une première dose et 59,6% bénéficient d'une protection complète – une proportion qui frôle les 90% pour les plus de 65 ans. "Cela va continuer à progresser dans les semaines qui viennent", se réjouit Alexander De Croo (Open Vld). Puisque le mois de juillet sera essentiellement animé par la valse des secondes doses.

La prudence reste de mise

Cela étant, la prudence reste de mise, insiste le Premier. Parce que la circulation du virus s'intensifie et que le nombre de cas repart à la hausse depuis le début du mois de juillet. "Grâce à la vaccination, l'écart entre les contaminations et les hospitalisations se creuse. Auparavant, il y avait une très forte corrélation, qui est à présent cassée."

Rien de neuf du côté du port du masque et des mesures de distanciation, qui restent d'actualité. Par contre, il y a du changement pour les retours de voyages.

Prudence, vous disait-on: les restrictions seront levées pas à pas. "La dernière chose que nous voulons, reprend Alexander De Croo, c'est de devoir effectuer marche arrière, comme certains pays qui ont avancé trop vite."

Les variants dans le viseur

Rien de neuf du côté du port du masque et des mesures de distanciation, qui restent d'actualité. Par contre, il y a du changement pour les retours de voyages. Du moins pour ceux qui ont traîné leurs valises dans une contrée de l'Union européenne ou de l'espace Schengen où les variants règnent en maître – et là, peu importe le code couleur du pays.

Qui n'est pas encore totalement vacciné depuis 14 jours devra passer deux tests PCR, le premier et le septième jour. Quarantaines à la clef: dans l'attente du premier résultat, et pour dix jours en cas de test positif. Une exception: qui peut brandir à son arrivée en Belgique un test PCR de moins de 72 heures pourra zapper le premier test et se contenter du second.

À cela s'ajoutent des contrôles renforcés à la sortie des avions et des trains.

"Covid safe ticket" dès 1.500 personnes

L'autre nouveauté est à chercher du côté du "covid safe ticket", cette invention "made in Belgium" sortie du chapeau du gouvernement fédéral en mai et initialement réservée aux événements de masse. À partir du 13 août, il constituera le sésame pour assister à un événement rassemblant, en extérieur, 1.500 personnes ou plus – pour l'intérieur, il faudra attendre une seconde phase, prévue pour le début du mois de septembre.

Échaudée notamment par l'expérience néerlandaise, la Belgique a décidé d'écarter les tests antigéniques de ce dispositif.

Comment le décrocher? Comme pour voyager, il faudra montrer patte blanche. Soit une vaccination complète depuis deux semaines, soit un certificat de rétablissement, autrement dit la preuve que votre corps a surmonté le covid il y a moins de 180 jours. Soit, enfin, un test PCR ayant moins de 48 heures au compteur.

Échaudée notamment par l'expérience néerlandaise, la Belgique a décidé d'écarter les tests antigéniques de ce dispositif. "Pas suffisamment sûrs", estime Alexander De Croo.

Quant à la suite des opérations, elle constituera le menu du prochain Codeco. Qui se tiendra d’ici à la mi-août, au plus tard.

Ce lundi, "jour de la liberté" au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a abandonné lundi presque toutes les restrictions sanitaires – une étape qui a été baptisée "Jour de la liberté". C’en est fini de la distanciation physique et du port obligatoire du masque, même si celui-ci reste recommandé dans les transports et magasins – et exigé dans les transports londoniens. Outre les discothèques, les salles de spectacle et les stades peuvent rouvrir à pleine capacité.

Toutefois, en raison de la flambée des contaminations, cette journée de réjouissances est restée teintée de morosité. Symbole de cette ambiance en demi-teinte: après avoir été en contact avec son ministre de la Santé, testé positif, le Premier ministre britannique Boris Johnson est lui-même contraint à l'isolement.

Vantant le succès de la vaccination, il a fait fi du récent appel d'un groupe d'influents scientifiques internationaux qui estime que sa décision "risque de saper les efforts de contrôle de la pandémie non seulement au Royaume-Uni, mais aussi dans d'autres pays".

Il s'est contenté d'appeler ses compatriotes à la "prudence". Le Royaume-Uni est désormais le pays du continent le plus touché en nombre de cas. Le nombre de décès reste limité mais augmente, comme les hospitalisations.

Le résumé

  • Repoussé de vendredi à lundi en raison des inondations, le Comité de concertation a serré la vis pour les retours de vacances.
  • Du moins, en l'absence d'une vaccination complète et en provenance d'une contrée où se baladent un ou des variants inquiétants.
  • À partir du 13 août, le "covid safe ticket" constituera le sésame pour les événements de plus de 1.500 personnes.
  • En extérieur uniquement. Pour l'intérieur, il faudra attendre septembre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés