Publicité

Retard probable de deux à cinq semaines pour la campagne de vaccination

©AFP

En cause? Les livraisons incertaines de Johnson & Johnson et la limitation d'âge qui frappe (temporairement?) ce vaccin. Quant à l'AstraZeneca, il vit ses dernières semaines en Belgique.

La vaccination suit son petit bonhomme de chemin, à un bon rythme même, alors que l'épidémie ralentit. C'est en tout cas ce que nous a appris Sciensano aujourd'hui, ainsi que la task force vaccination qui a fait son rapport hebdomadaire, comme chaque samedi après-midi.

Les hospitalisations sont tombées à moins de 100 par jour (une baisse de 26% en une semaine), on ne compte "plus que " 469 patients aux soins intensifs, les nouvelles contaminations ne cessent de baisser et l'incidence sur 14 jours s'établit à 252,3 cas pour 100.000 habitants (-28%).  Le taux de reproduction est lui estimé à 0,817, ce qui démontre que l'épidémie tend à ralentir.

La semaine prochaine, une personne sur deux en Belgique devrait avoir reçu sa première dose de vaccin, nous annonce de son côté Sabine Stordeur pour la task force vaccination, et un Belge sur cinq sera déjà complètement protégé.

49,4
pourcent
Un Belge sur deux, soit 49,4% aura reçu sa première dose de vaccin d'ici la semaine prochaine.

La vaccination des personnes étiquetées en risque de comorbidité a presque atteint son objectif: 76% (soit 1,13 million de personnes) ont été vaccinées, l'objectif était d'atteindre 80%. On y est presque. Idem pour les seniors, qui, eux aussi, sont quasi tous vaccinés. Plus de 91% de la population âgée de 65 ans et plus a en effet reçu une première injection et près de 50% est totalement vaccinée.

Quant aux adolescents entre 12 et 18 ans, va-t-on également les faire monter dans le train de la vaccination maintenant que Pfizer a reçu l'autorisation d'administration pour cette catégorie d'âge? "Si vaccination des adolescents il y a, elle suivra la campagne classique par ordre d'âge décroissant", a expliqué sabine Stordeur. Mais le Conseil supérieur de la santé doit d'abord se positionner. Il va étudier les pratiques des pays voisins et analyser les bénéfices risques de l'administration du vaccin pour les ados. "Autoriser ne signifie pas que cela a un intérêt", insiste la task-force.

"Autoriser ne signifie pas qu'il y a un intérêt. Une analyse bénéfices/risques va être demandée".
La task-force vaccination

Livraisons dans le flou

Reste aussi un point noir dans le tableau général plutôt optimiste brossé ce jour. La livraison des vaccins, qui patine encore et toujours dans le chef des firmes AstraZeneca et Jonhson & Jonhson. La task force souligne la stabilité des livraisons pour les vaccins Pfizer et Moderna, mais "les déceptions s'accumulent" pour les deux autres vaccins. AstraZeneca a reporté d'une semaine ses dernières livraisons du mois de mai.

Soulignons au passage que le vaccin de la firme britannique arrive en fin de vie, en Belgique. Vu qu'il ne peut être administré aux moins de 41 ans, d'ici à deux semaines, il n'y aura plus d'invitation pour une première injection de ce vaccin, indique Sabine Stordeur. Il reste environ 400.000 personnes à convoquer en Flandre, quelque 100.000 en Wallonie et presque plus à Bruxelles. Une fois cette page tournée, les doses d'AstraZeneca reçues par la Belgique seront expédiées à l'étranger via la filière Covax.

De toute façon, les Régions ne comptaient pas prolonger indéfiniment l'usage de ce vaccin, dont les deux injections sont séparées de huit semaines. Le mois de juin était dans le viseur, puisqu'une première dose fin juin mène à une seconde à la fin des grandes vacances. Halls d'expositions ou centres sportifs, "certains centres de vaccination ont une autre destination initiale", et pourraient y retourner, quittant la valse des aiguilles.

Retard potentiel de deux à cinq semaines

Du côté de Johnson & Johnson, le calendrier de juin et juillet baigne dans le flou le plus total. De quoi potentiellement chambouler le planning initial et reporter d'environ deux semaines la fin de la ronde des premières doses, dont l'horizon serait déplacé à la fin juillet, voire au début du mois d'août.

Reste encore cette limitation d'âge, réservant temporairement l'administration de ce vaccin à dose unique aux personnes de 41 ans et plus, en attendant que l'Agence européenne des médicaments réalise une analyse fouillée des risques et avantages par classes d'âge. Sautera, sautera pas? Si elle devait persister, dans le pire des scénarios, voilà qui serait à l'origine d'un retard de maximum 4 à 5 semaines sur le planning initial, ce qui mènerait à la fin août.

Dans ce cas, la Belgique pourrait avoir à statuer sur ce qui ressemble à une colle: faudra-t-il alors autoriser la vaccination avec Johnson & Johnson pour les personnes de moins de 41 ans se portant volontaires? Mais nous n'en sommes pas encore là.

Fin de la limitation des contacts, mais la prudence reste de mise

"Ce n'est pas parce que quelque chose n'est plus interdit dans un arrêté ministériel qu'il est obligatoire ou judicieux de le faire", a réagi samedi le commissariat corona du gouvernement fédéral à la suite d'articles de presse relatant qu'il n'y aura à partir du 9 juin plus de limitation aux contacts "physiques" entre personnes. "Un certain nombre de règles détaillées sur la vie privée ne sont plus incluses" dans l'arrêté ministériel à paraître, fixant les assouplissements prévus au 9 juin, a confirmé le commissariat du gouvernement. Ainsi, la règle de limitation des contacts à domicile, soit la bulle et le maintien d'un seul contact rapproché, va être remplacée par la restriction des rassemblements à l'intérieur chez soi à quatre personnes.  S'il n'est plus interdit d'avoir davantage de contacts rapprochés, avec lesquels on ne respecte pas les mesures sanitaires, cela ne signifie pas qu'il serait "obligatoire ou judicieux" de les multiplier, avertit le commissariat corona.

À l'extérieur, la limite sera fixée à 50 personnes maximum et à nouveau, distance et port du masque sont toujours recommandés si l'entièreté du groupe ne bénéficie pas d'une couverture vaccinale complète. Dans tous les cas, les règles d'or, telles que se laver les mains, tousser dans son coude ou rester chez soi lorsqu'on est malade et consulter un médecin, restent d'application.

 Pour les groupes réunissant des personnes vaccinées et d'autres non protégées, le commissariat préconise de limiter leur taille, de garder ses distances à l'intérieur, de ne pas s'embrasser et de porter le masque lorsque les distances ne peuvent être respectées. "Utiliser des autotests est un signe de courtoisie et de respect envers vos proches", ajoute-t-il

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés