Sciences biomédicales, la filière refuge pour les recalés de médecine

Les sciences biomédicales mènent notamment vers la recherche associée à la médecine. ©© Javier Larrea

Les inscriptions en sciences biomédicales explosent: +475% à l’UCL, 400% à l’ULB, 500% à ULg. Les 2.777 étudiants qui ont raté l’examen d’entrée en médecine n’y sont pas étrangers.

Le 8 septembre dernier, le couperet est tombé pour 2.777 étudiants candidats en médecine. Ce jour-là, ils ont échoué à leur examen d’entrée en médecine. Seuls 696 chanceux ont la possibilité d’entamer leur cursus. Et les autres, que vont-ils faire?

+605 inscriptions
Les sciences biomédicales ont enregistré une hausse de 605 inscriptions pour cette année. Un chiffre qui reste partiel.

D’après les chiffres des tendances d’inscriptions dans les universités, un grand nombre d’entre eux ont déjà trouvé leur voie: les sciences biomédicales. Les chiffres, à cet égard, sont édifiants: +757 inscriptions au total à ce stade (l’UMons n’a pas communiqué ses chiffres).

L’UNamur parle d’une hausse de 160 inscriptions dans cette filière. L’UCL passe de 48 inscriptions à 276 inscriptions soit une hausse de 158%. À l’ULg, on évoque 202 inscriptions, contre 33 seulement l’an dernier (+ 500%!), et à l’ULB, une hausse de 200 inscriptions (au total 250 cette année, soit + 400%). Et les inscriptions ne sont pas encore bouclées.

Rien ne dit que cette explosion soit uniquement le fait des candidats malheureux à l’examen d’entrée en médecine. Impossible en effet de tracer les étudiants. Mais au sein des facultés, on est convaincu du lien qu’il y a entre les deux. Les services d’orientation recommandent cette filière aux jeunes qui veulent retenter leur chance l’an prochain. C’est le cas notamment à l’ULg. Son porte-parole, Didier Moreau, explique qu’"à ceux qui ont l’intention de repasser l’examen l’an prochain, nous les avons invités à s’inscrire au bachelier en sciences biomédicales, dont le programme est le plus proche de celui de médecine. Il permet à terme, en cas de réussite l’an prochain à l’examen d’entrée, de valoriser le plus de crédits."

Une trentaine de crédits sont valorisables dans cette filière. Ce qui veut dire que les étudiants qui la suivent et retentent ensuite leur chance avec succès, ont déjà ce bagage en poche.

Se préparer pour réussir

Cette année permet donc aux mordus de la médecine de ne pas se tourner les pouces, et de se préparer au mieux à leur future réussite, sans pour autant dépenser des fortunes dans des cours privés. "La moins mauvaise solution", dit le doyen de la Faculté de médecine de l’ULB, Marco Schetgen, qui signale qu’en Flandre, on pousse déjà depuis longtemps les étudiants qui ont raté l’examen d’entrée vers cette filière.

Les sciences biomédicales (qui mènent à des professions dans le secteur de la recherche paramédicale, l’accompagnement de projets, des études cliniques,…) ne sont pas la seule filière vers laquelle peuvent se tourner les étudiants. L’ULB évoque une hausse en pharma ou en kiné: "+100 étudiants dans chacune des branches", nous dit Marco Schetgen. À l’UNamur, la vice-rectrice en charge de l’enseignement Annick Castiaux parle d’une hausse de 70 inscriptions en pharma. A l'UCL, les sciences phramaceutiques enregistrent une  hausse de 103% , soit 203 inscrits contre 100 en 2016. Les jeunes peuvent aussi se tourner vers d’autres disciplines, aussi en hautes écoles, comme la kinésithérapie, l’ergothérapie, la logopédie ou l’audiologie.

Enfin, il y a les sciences vétérinaires. Le hic, c’est que pour s’inscrire, les étudiants sont censés passer un test (non contraignant), le TOSS, ayant pour but de les mettre face à leurs lacunes, et leur permettre de réussir en suivant, si besoin, des programmes d’aide à la réussite.

Hier, une proposition de décret ayant pour but de libérer du TOSS les étudiants ayant passé l’examen d’entrée en médecine a été discutée au Parlement de la FWB. Elle doit encore recevoir l’aval du Conseil d’État. Mais elle permettra à une cinquantaine d’étudiants de tenter leur chance en sciences vétérinaires, sans devoir attendre l’an prochain pour passer ce test et enfin s’inscrire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés