analyse

Stéphane Moreau était le roi des mandataires

Stéphane Moreau, ancien patron de l’intercommunale Nethys. ©BELGA

En 2019, aucun fonctionnaire belge n’a gagné plus que Stéphane Moreau, l’ancien patron de Nethys. L'eurodéputé Guy Verhofstadt (Open VLD) est le politicien flamand le mieux payé.

Les politiciens, hauts fonctionnaires et fonctionnaires qui sont rémunérés avec l’argent des contribuables doivent chaque année déclarer leurs mandats et leur patrimoine auprès de la Cour des comptes. Cette démarche est prévue dans le cadre de la politique de transparence. La liste de l’année précédente est généralement rendue publique à la mi-août, mais depuis deux ans, cette publication affiche régulièrement du retard. La liste de 2019 vient tout juste d’être publiée au Moniteur belge.

D’après nos calculs, c’est Stéphane Moreau, le wonderboy déchu du PS, qui détenait en 2019 la palme du mandataire percevant les plus hauts revenus. L’ancien bourgmestre d’Ans et ancien patron de l’intercommunale Nethys a déclaré près de 7 millions d’euros de revenus pour 2019. Il s’agit majoritairement de la prime de licenciement qu’il a perçue au moment où il a dû démissionner après que des irrégularités ont été constatées dans la gestion financière de l’intercommunale.

Stéphane Moreau a déclaré près de 7 millions d’euros de revenus pour 2019.

Le numéro deux – Pol Heyse – et la numéro quatre – Bénédicte Bayer – des mandataires les mieux payés siégeaient également au comité de direction de Nethys. Ils ont respectivement déclaré 1,2 million d’euros et 953.000 euros. Le duo a dû démissionner de l’intercommunale à la fin 2019. Une enquête judiciaire est en cours sur les pratiques de Moreau & Co. Nethys essaie de récupérer les sommes versées.

Monde des affaires

Le reste du top 10 est dominé par des personnes provenant du monde des affaires et qui tirent la majeure partie de leurs revenus du secteur privé. On trouve à la troisième place Joachim Sonne, lié à JPMorgan. Il doit déclarer ses revenus parce qu’il siège au conseil d’administration de Proximus dont le principal actionnaire n’est autre que l’État belge. Pour les mêmes raisons, le patron de Belfius, Marc Raisière, et l’ancien patron de bpost, Koen Van Gerven, se retrouvent dans le top 10.

Le premier politicien élu de la liste est le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) qui a déclaré un peu moins de 350.000 euros pour 2019.

Le premier politicien élu de la liste est le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) qui a déclaré un peu moins de 350.000 euros pour 2019. Le top 3 est complété par Guy Verhofstadt (Open VLD) qui, en plus de ses revenus de parlementaire européen, a déclaré 100.000 euros pour son mandat d’administrateur du holding Sofina, et par Steven Vanackere (CD&V) qui, en 2019, a d’abord occupé le poste de sénateur et ensuite de directeur de la Banque nationale.

Il faut cependant souligner que pour notre analyse, nous avons travaillé avec des montants minimums. Cela s’explique parce que les politiciens ne doivent fournir qu’une fourchette de revenus pour de nombreuses activités. Il s’agit par exemple de la fourchette entre 10.050 et 50.240 euros ou entre 50.241 et 100.480 euros. Dans de nombreux cas, les revenus réels des politiciens et hauts fonctionnaires sont plus élevés, ce qui peut à son tour avoir un impact sur leur classement.

39 mandats

Non seulement ces déclarations permettent de savoir qui sont les mandataires les mieux rémunérés, mais également de nommer la "reine" ou le "roi" des mandats. La secrétaire générale de Cofinimmo Françoise Roels qui, en tant qu’administratrice de Proximus Media House est obligée de déclarer ses revenus, détient la couronne de l'année 2019 avec 90 mandats d’administratrice, dont la plupart sont non rémunérés. En deuxième place, on trouve Paul Dujardin, l’ancien directeur du centre culturel bruxellois Bozar, avec 61 mandats.

Françoise Roels (Cofinimmo) détient la couronne de l'année 2019.

Le politicien qui détient le plus grand nombre de mandats est Jan De Haes, député N-VA de la province d’Anvers. En 2019, il occupait 39 fonctions, dont quatre rémunérées, et a déclaré au moins 50.000 euros de revenus. Du côté wallon, on trouve Elie Deblire, bourgmestre de Vielsalm, qui occupait également 39 petits mandats, dont cinq rémunérés, pour des revenus d’au moins 89.000 euros.

La politicienne exerçant le nombre le plus élevé de mandats rémunérés est Frieda Brepoels (N-VA), qui a déclaré des revenus de 15 mandats en 2019. Frieda Brepoels, l’ancienne bourgmestre de Bilzen, a déclaré en plus de sa pension des revenus d’un peu moins de 26.000 euros. Frieda Brepoels n’exerce plus aucun mandat exécutif, mais siège encore au conseil communal de sa commune.

Champions des mandats

Avec 13 mandats rémunérés, les échevins malinois Koen Anciaux (Open VLD) et anversois Koen Kennis (N-VA) se partagent la deuxième place. Le fait que les politiciens locaux enchaînent les mandats est souvent dû à la nature de leur fonction. En tant qu’échevin, Koen Kennis siège dans de nombreuses ASBL et sociétés liées à la Ville d’Anvers.

La plupart des politiciens tirent la majeure partie de leurs revenus de leur fonction de représentant du peuple. Leurs autres rémunérations sont généralement limitées. La moitié des politiciens élus détiennent au maximum cinq mandats, dont trois rémunérés.

L’an dernier, cette question a fait beaucoup de bruit parce qu’il est apparu que la liste des mandats de nombreux politiciens ne semblait pas correcte. Cette fois également, on ne peut exclure des erreurs, car la Cour des comptes ne contrôle pas les déclarations. 55 mandataires obligés de déclarer leurs revenus n’ont rentré aucune déclaration pour 2019 et pourraient se voir infliger des amendes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés