Steven Vanackere a validé le dégel des intérêts des fonds libyens

©BELGA

Pour la première fois, on met le nom d’un responsable politique ayant autorisé le dégel des intérêts des fonds libyens gelés en Belgique. Steven Vanackere est montré du doigt.

Ce n’est rien d’écrire que Johan Van Overtveldt, le ministre des Finances, était attendu ce mercredi par les membres de la commission Finance de la Chambre. Le ministre était attendu au tournant par l’opposition sur la question des fonds libyens gelés en Belgique et particulièrement sur le volet des intérêts libérés.

Sachant que 12,8 milliards étaient gelés en Belgique sur les comptes d’Euroclear, ce dégel des intérêts peut représenter, d’une année à l’autre, un montant annuel de 300 millions d’euros. Au début du mois de septembre, un rapport rédigé par des experts du conseil de sécurité des Nations unies faisait savoir à la Belgique que ce dégel décidé des intérêts et autres rémunérations n’était pas en conformité avec le gel des avoirs décidé par l’ONU.

"En acceptant le dégel de ces fonds, la Belgique a commis une grave erreur."
georges gilkinet
député

Le député Georges Gilkinet (Ecolo-Groen) a entamé le ballet des questions en allant droit au but. "Pourquoi la Belgique a accepté le dégel des intérêts des fonds libyens? Qui a pris la décision? A qui été versé l’argent dégelé et à quoi a-t-il servi?”, s’est interrogé le député, soutenu par ses collègues de l’opposition. Au passage, les députés ont regretté d’avoir dû attendre une dépêche de l’agence Belga, datée du 29 octobre dernier, pour s’entendre dire que l’autorisation de dégel des intérêts se trouvant sur les comptes d’Euroclear avait été autorisée par un courrier du 4 octobre 2012 et signée par Marc Monbaliu, l’administrateur général du Trésor.

Celui-ci dépend directement du SPF Finances qui, à cette époque, était tenu par Steven Vanackere. C’est la première fois, dans ce dossier, que l’on met le nom d’un responsable politique derrière cette décision de dégeler les intérêts des fonds libyens. Jusqu’à présent, les responsabilités s’étaient toujours arrêtées au niveau de la Trésorerie. Lors de son audition, Johan Van Overtveldt a accepté de remettre une copie de la lettre en question.

Vanackere dans le viseur

Les réponses du ministre des Finances n’ont pas satisfait les députés qui estiment toujours que le dégel des avoirs s’est fait en contradiction avec l’analyse des experts du conseil de sécurité de l’ONU et avec les règlements européens applicables en la matière. "En acceptant le dégel de ces fonds, la Belgique a commis une grave erreur", a souligné Georges Gilkinet.

Sans surprise, les députés ont demandé au président de la commission Finance de pouvoir auditionner l’administrateur général de la Trésorerie et l’ex-ministre des Finances Steven Vanackere. Paul-Olivier Delannois (PS) a demandé à pouvoir auditionner l’ensemble des ministres de tutelle ayant vu ce dossier passer, reprochant au ministre des Finances "d’entretenir le flou artistique" autour de cette affaire dont on n’a pas fini de parler.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content