Publicité

Trois quarts des soignants belges vaccinés

Les médecins sont plus nombreux que les infirmières à s'être fait vacciner. ©Photo News

Trois quarts des soignants belges avaient reçu une première dose le 31 mai. En Flandre, ils étaient 83,4%, contre 64,1% à Bruxelles.

Au 31 mai, date à laquelle ils avaient quasiment tous été invités à se faire vacciner contre le Covid-19, 73,5% des soignants en Belgique avaient reçu au moins une dose de vaccin. Ils étaient 83,4% en Flandre, 73% en Wallonie, 69,1% en Communauté germanophone et 64,1% à Bruxelles. À cette date, l’administration des deuxièmes doses était encore en cours, et 58,3% seulement des professionnels des soins de santé étaient entièrement vaccinés, selon les chiffres publiés ce mercredi par Sciensano.

Alors que le débat enfle, en France comme en Belgique, sur une éventuelle vaccination obligatoire des soignants, les chiffres montrent aussi que la couverture vaccinale varie selon les catégories professionnelles. Le groupe des médecins, pharmaciens et dentistes s’est fait vacciner à 86,3%. Un pourcentage qui n’atteint que 69,4% chez les kinés et 66,9% chez les sages-femmes. Les secouristes et ambulanciers sont 87,5% à avoir reçu au moins une dose, contre 73,6% des infirmiers et des aides-soignants. À noter qu’à Bruxelles, seules 63,4% des infirmières spécialisées en gériatrie avaient reçu une première dose au 31 mai.

63,4%
À Bruxelles, seules 63,4% des infirmières spécialisées en gériatrie avaient reçu une première dose au 31 mai.

Autres constatations: la couverture vaccinale augmente avec l’âge. Il n’y a par contre pas de différence entre hommes et femmes.

Sciensano constate qu'en cas de campagne de revaccination, les professionnels à cibler varient selon les Régions.

Sciensano constate qu’en cas de campagne de revaccination, les professionnels à cibler varient selon les Régions et suggère une recherche qualitative pour approfondir les raisons de ces faibles couvertures vaccinales afin de cibler celles-ci dans des campagnes d’information.

Sans surprise, puisqu'ils étaient parmi les premiers à être vaccinés et que c'était le premier vaccin disponible, on apprend aussi que la majorité des professionnels de la santé ont reçu le vaccin Pfizer.

Mieux protégés

L’impact de la vaccination chez les soignants a également été étudié. On observe que les contaminations étaient moins élevées parmi les professionnels de soins de santé que dans la population générale durant la troisième vague, alors que c’était l’inverse durant la deuxième vague, les professionnels de la santé courant un risque élevé de contamination. Du côté des hospitalisations, le nombre d’admissions à l’hôpital a toujours été plus élevé parmi la population générale, les professionnels de la santé étant globalement plus jeunes et en meilleure santé. "Les faibles incidences de cas et d’hospitalisations durant la troisième vague de l’épidémie parmi les professionnels en soins de santé illustrent l’impact bénéfique de la vaccination massive de ce groupe prioritaire", conclut Sciensano.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés