Un ancien directeur de la SNCB perçoit encore 10.000 euros par mois

Vincent Bourlard à la gare des Guillemins de Liège en 2011. ©BELGAIMAGE

Vincent Bourlard, un ancien directeur de la SNCB qui a pris sa pension l’an dernier, continue à percevoir un généreux salaire en tant que patron de la filiale immobilière Eurogare.

Le puissant responsable des gares de la SNCB, Vincent Bourlard, a pris sa pension le 1er octobre de l’an dernier. Mais le Conseil d’administration de la SNCB avait déjà décidé fin 2016 de renouveler jusqu’en 2020 son mandat d’administrateur délégué d’Eurogare, le bureau d’étude chargé du développement des gares ferroviaires en Wallonie.

La SNCB a refusé de communiquer le montant de sa rémunération chez Eurogare. "Bourlard reçoit des émoluments conformes à sa fonction exécutive et à la politique de rémunération du groupe SNCB", nous a-t-on répondu d’une manière plutôt sibylline.

On peut lire dans le dernier rapport annuel d’Eurogare qu’il s’agit d’un montant non négligeable. Au cours du dernier trimestre 2017, Bourlard a perçu un salaire de 30.000 euros brut, ce qui correspond à une rémunération mensuelle brute de 10.000 euros. Une coquette somme pour un retraité. Par ailleurs, il reçoit également plus de 100 euros par mois en tant "qu’avantage de toute nature", lisez "pour sa voiture de société".

Cessation d’activité

Bourlard, une personnalité proche du PS, fut pendant des années un des hommes forts de la SNCB. Son sobriquet: Monsieur ULM (Uniquement Liège & Mons).

©RV DOC

Depuis l’ouverture de la très coûteuse gare de Liège, son enfant chéri Eurogare ne suit plus qu’un seul chantier: en 2013 a démarré à Mons la construction d’une gigantesque gare du célèbre architecte Santiago Calatrava, qui devait être achevée en 2015 à l’occasion de l’évènement "Mons, capitale culturelle européenne". Mais suite à la faillite de l’entrepreneur, l’ouverture été reportée au début 2020.

Personne ne connaît avec certitude l’ampleur du travail encore effectué par Bourlard au sein d’Eurogare. La filiale, qui affichait l’an dernier un chiffre d’affaire de 13 millions d’euros, devrait bientôt mettre fin à ses activités.

En mai dernier, le conseil d’administration de la SNCB a décidé de supprimer la filiale immobilière flamande Eurostation et son équivalente wallonne Eurogare. L’absorption d’Eurostation a pris effet le 1er juillet. L’intégration d’Eurogare, qui n’emploie que 15 personnes, devrait démarrer en 2020.

Le syndicaliste Bovy

©Thierry du Bois

Vincent Bourlard n’est pas le seul directeur à continuer à travailler pour le rail après sa retraite. Il y a quelques mois, nous avons appris que Michel Bovy, l’ancien patron du service du personnel du rail, HR Rail, avait reçu l’autorisation de poursuivre son mandat "d’administrateur indépendant" chez TUC Rail, la filiale informatique du gestionnaire du réseau ferroviaire Infrabel.

Pour ce mandat, l’ancien patron du syndicat chrétien du rail perçoit une rémunération annuelle pouvant aller jusqu’à 9.900 euros. Bovy, domicilié à Cannes depuis des années, perçoit ces montants depuis 2015. Les règles internes de bonne gouvernance prévoient cependant que les collaborateurs exerçant un mandat d’administrateur au sein d’une filiale ne perçoivent aucune rémunération.

Restructuration de la direction

La direction de la SNCB a été totalement renouvelée en peu de temps. Bourlard a été remplacé par le fonctionnaire fédéral Patrice Couchard. Et un autre poids lourd – également pensionné – le directeur technique Richard Gayetot, a été remplacé par le Flamand Gerd De Vos, a indiqué la SCNCB dans un communiqué diffusé hier.

Pour respecter l’équilibre linguistique légalement requis au sein du comité de direction, la CEO de la SNCB, Sophie Dutordoir a dû entièrement restructurer les équipes de direction. C’est ce qui explique qu’elle ait transformé le comité de direction de six membres en un Management Comittee de 10 membres, censé travailler de manière "indépendante", en d’autres termes, avec moins d’ingérences de la part du monde politique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content