Un anniversaire chez Maggie De Block

©BELGA

Le "pacte d’avenir" liant le Fédéral à l’industrie pharmaceutique vient de souffler sa première bougie. L’occasion de dresser un petit bilan.

Un premier anniversaire, cela se fête! C’est ce que l’on s’est dit, au cabinet de Maggie De Block (Open Vld), alors que le pacte d’avenir lancé par la ministre de la Santé soufflait sa première bougie. Et, pour ce faire, rien de tel qu’un bilan. Précédé d’une piqûre de rappel.

Le système du "patent cliff" libérera près de 226 millions par an.

Le pacte d’avenir? Oui, cet arsenal de mesures dévoilé fin juillet 2015 et impliquant tant le Fédéral que le secteur pharmaceutique. Avec comme principal objectif des médicaments moins chers et un remboursement plus rapide des molécules innovantes. Le tout dans un contexte un brin tendu: restrictions budgétaires, nombre croissant de personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques, sans oublier la hausse des frais de développement des médicaments.

Mission accomplie, pour l’instant du moins, se réjouit la ministre. "En un an, la facture du patient a baissé de 34 millions et les autorités ont économisé 151 millions."

-Accessibilité. Dès 2017, les patients bénéficieront du remboursement de nouveaux médicaments deux mois plus tôt qu’auparavant. Et les médicaments qui n’étaient pas remboursés pour les enfants, mais bien pour les adultes, le seront automatiquement. Approuvé en mai dernier par l’Inami, le nouveau mode de financement permet la mise à disposition plus rapide – jusqu’à deux ans avant l’autorisation de remboursement – des médicaments innovants répondant à un besoin médical non satisfait. Dernier exemple: la campagne "prescrire moins cher" semble porter ses fruits: en 2015, les médecins ont prescrit en moyenne 5% de plus de médicaments les moins chers qu’en 2014.

©Photo News

-Croissance et innovation. Les mesures mises en place par le Fédéral devraient permettre de dégager, sur la période 2015-2018, 1,6 milliard d’économies. Un montant réinvesti, à hauteur de 350 millions par an, dans la mise à disposition des patients de nouvelles thérapies. "Ce résultat a permis de commencer à rembourser quelques immunothérapies appliquées, entre autres, au cancer de la peau", se réjouit-on chez Maggie De Block.

-Déontologie. Plus de transparence: ce sera pour 2017. Lorsque les firmes pharmaceutiques devront renseigner tout avantage octroyé aux professionnels ou organisations de la santé sur le site betransparent.be.

-Durabilité et prévisibilité budgétaires. Entré en vigueur en mars, le système du "patent cliff" a remplacé la baisse progressive du prix des médicaments dont le brevet est arrivé à échéance par une chute brutale. De quoi "libérer" annuellement près de 226 millions, à réinvestir dans les médicaments innovants. "De plus, grâce à une situation budgétaire stable et prévisible, le secteur peut mieux planifier sa recherche et son développement, se félicite-t-on chez Maggie De Block. Ce qui lui a permis d’y investir, en 2015, 5,5% de plus qu’en 2014."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés