Publicité
Publicité

Un bilan toujours plus lourd, jour de deuil national décrété

©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir

La plupart des cours d'eau ont amorcé leur décrue après les violentes intempéries qui ont frappé le pays. Le gouvernement a décrété un jour de deuil national pour les victimes.

Le bilan provisoire des violentes intempéries qui ont frappé la Belgique pendant des jours se portait, vendredi après-midi, à 20 décès et 19 disparus, selon la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden. Ce bilan continuait toutefois à s'alourdir en soirée, alors que trois nouveaux corps étaient retrouvés à Chaudfontaine et un autre à Angleur. Si quelque 120 communes ont été touchées dans tout le pays, la province de Liège paie le plus lourd tribut. "À certains endroits, la quantité de pluie tombée est un événement qui ne se produit qu'une fois tous les 200 ans", a déclaré la ministre. Toutefois, la plupart des cours d'eau amorçaient leur décrue ce vendredi.

"Il se pourrait que les inondations soient les plus catastrophiques que notre pays ait jamais connues."
Alexander De Croo
Premier ministre de la Belgique

Le gouvernement fédéral a décrété un jour de deuil national, le mardi 20 juillet, pour les victimes. Le Premier ministre Alexander De Croo a salué vendredi le "vrai élan de compassion qui traverse aujourd'hui notre pays", face à des inondations dont "il se pourrait qu'elles soient les plus catastrophiques que notre pays ait jamais connues". Mardi prochain, à 12 heures précises, les sirènes des services de secours et d'intervention sonneront, un moment suivi d'une minute de silence. Les drapeaux seront mis en berne. Les festivités nationales du 21 juillet, déjà limitées pour cause de coronavirus, seront, quant à elles, encore réduites.

Le gouvernement fédéral a décrété un jour de deuil national, le mardi 20 juillet, pour les victimes.

La Wallonie meurtrie

De toutes les régions, la Wallonie est la plus sévèrement touchée. La situation est particulièrement dramatique dans la province de Liège. Au moins six personnes ont ainsi perdu la vie et plusieurs autres sont portées disparues dans la seule commune de Verviers. Des décès ont également été signalés à Trooz, Chaudfontaine, Philippeville, Aywaille, Eupen et Pepinster.

L'Institut royal météorologique (IRM) a enregistré un record de précipitations sur 48 heures en province de Liège, avec plus de 271 mm relevés à Jalhay et 217 mm à Spa entre le 13 et le 15 juillet.

Vendredi midi, tous les cours d'eau "en alerte" étaient en décrue en province de Namur. La Meuse et la Sambre avaient notamment entamé une phase de stabilisation et commençaient à baisser. Depuis le début des intempéries mardi soir, une centaine d'évacuations ont été réalisées dans la province, en plus de l'évacuation d'une cinquantaine de camps de mouvements de jeunesse. Plusieurs milliers de personnes sont concernées.

La décrue s'amorçait également en province de Luxembourg. La prudence restait toutefois de mise. Les débits d'eau sur l'Ourthe avaient ainsi diminué vendredi matin par rapport à la veille, sauf à Durbuy où ils restaient semblables à ceux relevés jeudi.

"En raison des précipitations prolongées, les cours d'eau inférieurs pourraient maintenir leurs niveaux d'eau élevés pendant une longue période."
VMM
Agence flamande de l'environnement

Inondations dans le Limbourg et le Brabant flamand

Les inondations se poursuivaient, vendredi soir, dans les provinces du Limbourg et du Brabant flamand, même si les pluies ont cessé, a annoncé l'Agence flamande de l'environnement (VMM). Comme beaucoup d'eau arrive encore en amont, de la Wallonie, et que les bassins d'attente sont remplis dans la plupart des endroits, les niveaux d'eau restent élevés.

Aucune autre précipitation significative n'est toutefois prévue pour la semaine à venir. "Mais, en raison des précipitations prolongées, les cours d'eau inférieurs pourraient maintenir leurs niveaux d'eau élevés pendant une longue période", prévient la VMM. Les provinces du Limbourg, d'Anvers et du Brabant flamand connaissent les situations les plus critiques.

200
secouristes
Environ 200 secouristes sont venus de France, des Pays-Bas, du Luxembourg, d'Italie et d'Autriche pour prêter main forte aux secouristes belges ces deux derniers jours

Aide d'urgence

Les élans de solidarité se sont multipliés. Le gouvernement wallon a ainsi détaillé, vendredi, les différentes mesures prises afin de faire face aux conséquences des inondations qui ont touché la Région ces derniers jours. L'exécutif a notamment décidé d'initier une procédure de reconnaissance de calamité publique. Une aide d'urgence de 2,5 millions d'euros à destination des communes a, par ailleurs, été débloquée afin de leur permettre de prendre en charge les dépenses de première nécessité.

Le gouvernement bruxellois a, pour sa part, également décidé de proposer son aide, avant d'être imité par plusieurs communes de la capitale. La Loterie nationale, la Croix rouge de Belgique et le RSC Anderlecht ont également entamé des actions de soutien aux victimes.

Du côté de l'Europe, une délégation belge du groupe PPE du Parlement européen a écrit à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pour lui demander d'activer, au plus vite, tous les moyens financiers disponibles au niveau européen. Environ 200 secouristes sont venus de France, des Pays-Bas, du Luxembourg, d'Italie et d'Autriche pour prêter main forte aux secouristes belges ces deux derniers jours.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés