Un ex-membre des unités spéciales dénonce le manque de moyens de la police

©BELGA

Après avoir lutté contre la menace terroriste, Lionel D., un ex-membre des unités spéciales de la police, a décidé de raconter son combat. Un témoignage rare.

"Ce soir-là, ivres de joie, nous retournons à la caserne en camionnette. En route, nous nous arrêtons à une station-service pour faire le plein de bière et de chips". Ce compte rendu, que l'on pourrait croire tiré d'un retour de camp scout, est celui d'un membre des unités spéciales de la police fédérale. Ces policiers qui interviennent là et quand plus personne ne veut aller. Et ce retour si joyeux couronne en réalité la fin de la traque en vue de mettre la main sur Salah Abdeslam, l'homme alors le plus recherché d'Europe.

"Ces deux années de terrorisme ont été les plus excitantes de ma carrière à l'Esi, mais elles auront été plus usantes que les treize années précédentes comptées ensemble".
Lionel D.
Ancien membre des unités spéciales de la police fédérale

Ce témoignage rare est tiré du livre "Chasseur de terroristes", rédigé par Lionel D. (et une journaliste du magazine Humo), un ancien membre des unités spéciales qui, au cours de ces dernières années, ont eu fort à faire pour tenter de maîtriser la menace terroriste qui planait sur la Belgique après les attentats qui ont frappé Paris en 2015.

Habituellement, les membres des unités spéciales, cachés derrière leurs cagoules, ne parlent pas, ce n'est pas le genre de la maison. Mais la vague d'attentats et les menaces qui ont secoué notre pays ont changé la donne. "Je ressentais une véritable fatigue mentale. Ces deux années de terrorisme ont été les plus excitantes de ma carrière à l'Esi, mais elles auront été plus usantes que les treize années précédentes comptées ensemble", explique le policier dans son livre.

Verviers, un point de rupture...

Fraîchement nommé inspecteur principal, il fait partie du commando qui, le 15 janvier 2015, permettra de neutraliser une cellule de terroristes en train de préparer un attentat. "Verviers sera un vrai point de rupture, nous faisant découvrir un ennemi d'un genre nouveau", explique le policier qui, au passage, dénonce le manque de moyens de la police et de la Justice pour faire face à ce genre de situations. "L'assaut de Verviers révèle une autre faiblesse de la police et de la justice: l'une comme l'autre souffrent d'un grave manque d'effectifs pour ce type d'opération. Leurs moyens sont insuffisants", explique encore le policier. Ce dernier reconnaît cependant que des efforts ont été consentis au niveau du matériel.

Le récit retracé par Lionel et la journaliste Annemie Bulté est passionnant et permet au lecteur de suivre, au plus près, la traque qui a permis de déjouer des attentats et d'arrêter Salah Abdeslam ou Mohamed Abrini, "l'homme au chapeau" impliqué dans les attentats qui ont frappé Bruxelles le 22 mars 2016.

"Entre deux missions, quand nous n'avons pas le temps de rentrer chez nous, nous dormons par terre."

Au fil du récit, on se rend compte que ces super-flics qui se pensaient eux-mêmes invincibles ne le sont pas face à cette menace d'un nouveau genre. Et ce livre se veut comme un hommage à tous ces policiers impliqués dans cette lutte. Un hommage donc, mais un témoignage coup de poing dénonçant le manque de reconnaissance ressenti par ces hommes et le manque de moyens dont ils disposaient. "J'ai écrit ce livre pour conscientiser le grand public à nos conditions de travail. Entre deux missions, quand nous n'avons pas le temps de rentrer chez nous, nous dormons par terre", explique Lionel D., qui ajoute que soixante hommes se partagent quatre douches et trois toilettes.

Le livre raconte également la bataille administrative d'un policier blessé lors d'un assaut à Forest, l'énergie à déployer pour se faire payer ses frais médicaux. Enfin, il parle de ces hommes qui ont quitté l'unité "à laquelle ils ont donné tant d'années de leur vie". Ces policiers frappés d'apathie, de dépression ou de burn-out, autant de victimes collatérales des attentats de Bruxelles, ces policiers anonymes dont on parle peu.

"Chasseur de terroristes - Les unités spéciales et la traque d'Abdeslam", par Lionel D; et Annemie Bulté, éditions Racine.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés