Un examen d'admission allégé pour les candidats ingénieurs

Un palais du Heysel accueillera les candidats de l'ULB aux études d'ingénieur. ©BELGA

Les candidats francophones aux études d'ingénieur civil seront cette année évalués sur un ensemble réduit de matières. Les premières sessions de ces épreuves "amputées" se tiennent en présentiel de mercredi à vendredi.

Exit la manipulation des complexes, les fonctions réciproques ou encore le calcul intégral! La matière de l'examen d'admission pour les études d'ingénieur a été allégée. Concrètement, tous les sujets qui risquent de ne pas avoir été couverts en rhéto dans certaines écoles passent à la trappe. Coronavirus, quand tu nous tiens...

Cette réduction des sujets d'évaluation pourrait-elle poser problème dans leur cursus aux futurs ingénieurs? Pas vraiment, estiment les écoles polytechniques de la Fédération Wallonie-Bruxelles (UCLouvain, UMons, ULB et ULiège). En effet, l'examen n'a pas pour objectif de vérifier des connaissances, mais plutôt de s'assurer que la capacité de raisonnement et la maîtrise du langage mathématique sont acquises par les candidats.

Examens en présentiel

Alors que la plupart des épreuves de fin d'année ont eu lieu à distance dans les universités, ces examens se tiendront en présentiel du 1er au 3 juillet. 

À l'UCLouvain, la salle de spectacle de l'Aula Magna et le hall d'athlétisme du Blocry, transformés pour accueillir des étudiants, recevront les quelque 400 personnes qui aspirent à une carrière d'ingénieur. "Tout se déroulera dans le plus grand respect des conditions sanitaires", insiste Sophie Vanespen de l'École polytechnique louvaniste.

"Il y a dix ans, nous avions moins de 300 inscrits en première session, mais depuis, nous enregistrons une hausse d’environ 10% chaque année."
Jérémie Roland
Professeur à l'Ecole polytechnique de Bruxelles

À l'ULB, ce sont 566 candidats qui sont attendus ce mercredi et jeudi au Palais 3 du Heysel. "Il y a dix ans, nous avions moins de 300 inscrits en première session, mais depuis, nous enregistrons une hausse d’environ 10% chaque année", souligne le professeur Jérémie Roland, secrétaire du jury. La décision d'organiser l'épreuve hors des murs a été prise afin de respecter l'ensemble des règles de sécurité.

Si quelques élèves de 15-16 ans tentent habituellement leur chance, l’épreuve à l'ULB accueille cette fois un élève de 13 ans à peine. À l'inverse, certains candidats ont plus de 50 ans. En cas d’échec dans l’une des épreuves lors des premières sessions, les candidats disposeront d’une deuxième chance fin août ou début septembre.

Examen d'entrée en médecine et dentisterie

Les aspirants ingénieurs ne sont pas les seuls qui se frotteront à une épreuve d'entrée cet été. En médecine et dentisterie, des examens en présentiel seront également organisés le 28 août et le 12 septembre. La première se déroulera à Brussels Expo, tandis que la seconde sera organisée, de manière décentralisée, au sein des unifs. Malgré la crise du coronavirus, les sujets d'évaluation n'ont pas été adaptés, mais le jury est "conscient de la situation", assurait récemment l'Académie de Recherche et d'Enseignement Supérieur (ARES).

L'an dernier, 1044 étudiants avaient été admis à la suite de ces examens.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés