Publicité

Un formulaire pour évaluer son comportement en zone rouge

Les autorités veulent responsabiliser les citoyens pour qu'ils adaptent leur comportement en fonction des zones où ils partent en vacances. ©EPA

Au retour d'une zone rouge, un formulaire évaluera si les voyageurs ont eu un comportement à haut risque durant leur séjour. Un code sera alors fourni par SMS pour aller se faire tester, sans passer par un médecin généraliste.

Les voyageurs de retour de zone rouge devront désormais remplir un formulaire d'autoévaluation afin de déterminer s'ils peuvent se soustraire à l'obligation de quarantaine et de testing. C'est l'une des décisions prises par le Conseil national de sécurité (CNS) qui se tenait mercredi avec comme objectif de donner des perspectives à long terme aux Belges dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

"On peut s'être rendu dans une zone rouge en ayant eu le comportement adéquat et à l'inverse avoir eu un comportement à risque dans une zone verte."
Karine Moykens
Responsable de la task force interfédérale testing-tracing

Karine Moykens précise que ce système de self assessment fonctionnera à partir du 1er octobre. "Toute personne ayant passé plus de 48h à l'étranger, peu importe qu'il s'agisse d'une zone verte, orange ou rouge, doit remplir le PLF (Passenger Locator Form, NDLR). Le questionnaire d'autoévaluation relatif au comportement du voyageur sera intégré à ce formulaire, il ne faudra donc pas le chercher. On peut s'être rendu dans une zone rouge en ayant eu le comportement adéquat et à l'inverse avoir eu un comportement à risque dans une zone verte", résume la responsable de la task force interfédérale testing-tracing.

Très concrètement, les questions porteront notamment sur le type de logements (camping, hôtel, maison louée, chez des amis...) et le mode de déplacement (avion, train, voiture..). Il faudra également préciser si l'on voyageait avec nos contacts sociaux habituels et s'il y avait plus de dix personnes. Le type d'activités pratiquées sur place est un autre point d'attention, les risques de fréquentation d'un musée et d'une discothèque n'étant pas les mêmes.

Un code pour se faire tester

"Comme le PLF entre maintenant dans la database de Sciensano, l'ordinateur va tout d'abord vérifier si la personne revient bel et bien d'une zone classée rouge et puis analyser les réponses données pour pouvoir dire si le comportement était à bas risque ou à haut risque. Les personnes qui ont eu un comportement à haut risque dans une zone rouge recevront un SMS leur disant de se mettre en quarantaine pour sept jours. Elles recevront un code d'activation pour aller faire un test dans un centre de prélèvement, sans devoir passer par leur médecin généraliste", explique Karine Moykens.

"Les personnes qui ont eu un comportement à haut risque dans une zone rouge (...) recevront un code d'activation pour aller faire un test dans un centre de prélèvement, sans devoir passer par leur médecin généraliste."
Karine Moykens
Responsable de la task force interfédérale testing-tracing

Selon la responsable de la task force interfédérale testing-tracing, le dispositif doit permettre de responsabiliser la population. "Vu que la situation épidémiologique devient aussi plus grave en Belgique, les gens nous demandent pourquoi ils ne pourraient pas aller en France. Tout le monde comprend en effet qu'il n'y a pas de risque à aller en zone rouge dans la Loire si l'on reste dans la maison qu'on a louée. Mesdames, messieurs, ce n'est pas tant la situation épidémiologique qui est importante, c'est surtout votre comportement!"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés