tribune

Une occasion unique de réinventer la concertation sociale

Employment Law Partner (PwC Legal)

Le cadre dans lequel nous opérons a profondément changé mais la concertation sociale repose toujours sur les mêmes principes et méthodes. Il serait pourtant logique que la manière dont on aborde les problèmes évolue aussi, non ?

Première semaine de mai 2021… Et s’il faut en croire la presse, la lumière est loin de briller au bout du tunnel de la concertation sociale. Le scepticisme quant aux chances de succès du dialogue social transparaît dans tous les comptes rendus, à tel point que les revendications des organisations patronales et syndicales semblent plus que jamais diamétralement opposées.

Cette détermination conduit au monologue social plutôt qu’au dialogue et, in fine, à la stagnation sociale. De nombreuses voix s’élèvent donc pour demander ouvertement si la concertation sociale a encore une chance de réussir. Pour nous, la réponse est oui... Mais il y a du travail !

Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui n’est plus celui d’il y a un an. La pandémie de Covid-19 a servi de catalyseur pour faire remonter à la surface les besoins latents de notre société.

Après avoir vécu le télétravail massif et des périodes de chômage temporaire, les travailleurs indiquent désormais clairement qu’ils cherchent un nouvel équilibre entre travail et vie privée qu’ils ne peuvent obtenir dans le contexte actuel.

La flexibilité comme pierre angulaire

La valeur ajoutée de formes d’emploi totalement nouvelles, telles que celles proposées dans l’économie collaborative par des plateformes comme Uber et Deliveroo, est donc plus évidente que jamais.

Différents signaux suggèrent qu’un modèle de travail indépendant des statuts sociaux traditionnels, mais qui offre une certaine flexibilité dans un cadre protecteur, devient le thème central d’avenir.

Si le statut social de leurs travailleurs fait bien sûr débat, ces plateformes représentent, dans notre pays, une nouvelle manière de travailler où la flexibilité est la pierre angulaire, tant pour les plateformes que pour l’individu.

Bien que la “gig” économie soit encore souvent limitée à des emplois faiblement qualifiés, de début de carrière ou pour étudiants, différents signaux suggèrent qu’un modèle de travail indépendant des statuts sociaux traditionnels, mais qui offre une certaine flexibilité dans un cadre protecteur, devient le thème central d’avenir.

Il suffit de penser au nombre sans cesse croissant de freelances qui acceptent des missions temporaires afin de relever après la fin d’un projet un nouveau défi dans une autre entreprise. Ces formes de travail et ces modèles d’entreprise se heurtent, hélas, aussi aux limites du cadre juridique actuel et se retrouvent souvent en territoire inconnu ou, pire encore, dans un vide juridique, avec pour conséquence une grande insécurité.

L'occasion de se réinventer

Le cadre dans lequel nous opérons a été profondément bouleversé, mais la concertation sociale repose toujours sur les mêmes principes et méthodes. Si le système dans lequel vous évoluez a changé et si les besoins des acteurs ont changé, il semble logique que la manière dont vous abordez les problèmes au sein de ce système évolue aussi, non ?

Nous appelons les partenaires sociaux à prendre leur rôle à cœur dans la politique de relance socio-économique et dans le développement d’un futur droit du travail.

Nous sommes dans tous les domaines dans une nouvelle ère, ce qui implique que chacun, y compris les partenaires sociaux, dispose d’une occasion unique de se réinventer.

Nous appelons donc les partenaires sociaux à prendre leur rôle à cœur dans la politique de relance socio-économique et dans le développement d’un futur droit du travail, à travers lequel les entreprises pourront répondre aux demandes de leurs clients en termes de flexibilité et les travailleurs pourront obtenir l’équilibre entre travail et vie privée auquel ils aspirent dans un cadre juridique qui leur offre également une protection suffisante.

Cela nous permettrait non seulement de pallier les dommages économiques engendrés par la crise actuelle, mais surtout de jeter les bases d’un marché du travail durable.

Il appartient désormais aux partenaires sociaux, tant le banc patronal que les syndicats, de relever ce défi majeur et de redonner de la valeur à la concertation sociale. Ils détiennent la (l’une des) clé(s) pour doter notre pays, ses entreprises et ses travailleurs d’un droit du travail et d’un marché du travail qui créeront à nouveau la prospérité et permettront l’innovation. Faisons entrer la concertation sociale dans le XXIe siècle !

Pascale Moreau
Partner, Employment Law, PwC Legal

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés