edito

Vaccins contre le Covid-19: la bataille de la communication

Journaliste

Les vaccins arrivent. Il va falloir se montrer pédagogue.

Dans un mois, comme beaucoup d’autres pays européens, la Belgique commencera la plus grande campagne de vaccination jamais menée à l’échelle du pays. Objectif: mettre fin à une pandémie qui a déjà fait plus de 16.000 morts dans le Royaume, mis une partie de l'économie à genoux, perturbé gravement le fonctionnement de nos sociétés et provoqué son lot de drames personnels. Une liste de conséquences néfastes que l'on pourrait étirer à n'en plus finir. En neuf mois, le nouveau coronavirus a causé aux États-Unis cinq fois plus de décès que la guerre du Vietnam.

Malgré une situation gravissime dont certains mettront des années à s'en remettre, une partie des citoyens affichent toujours leur méfiance envers les vaccins, qui apparaissent pourtant comme la seule porte de sortie crédible en dehors de solutions plus autoritaires, que la population serait encore moins encline à accepter. Un mouvement qui était déjà latent, mais qui a connu un nouvel essor, encouragé par la dissémination des théories du complot, l'accroissement de la défiance envers les autorités et les peurs face aux nouveaux progrès. Même le continent européen, qui a quasiment tout inventé pendant deux millénaires, est de plus en plus touché par cette vague de technophobie.

En neuf mois, le nouveau coronavirus a causé aux États-Unis cinq fois plus de décès que la guerre du Vietnam.

À ceux qui estimeront toujours qu’il faudrait encore attendre des mois voire des années pour avoir des suffisamment de recul par rapport à d’éventuels effets secondaires dangereux, il va donc falloir expliquer. Encore et encore. Les convaincre que si le développement du vaccin a été aussi rapide, ce n'est pas grâce à un abandon des règles de sécurité, mais parce que d'importantes recherches avaient déjà été menées sur les coronavirus qui, par chance, ne sont pas le HIV. Leur démontrer que l'immense effort financier, scientifique et humain qui a été consenti est peut-être comparable aux programmes Apollo ou Manhattan. Leur rappeler finalement qu'au-delà des développements controversés que sont les nanotechnologies, les organismes transgéniques ou même la 5G, la science a fait d'immenses progrès en matière de santé, qui s'appellent immunothérapie, anticorps monoclonaux ou ARN messager. Des noms étranges auxquels il faudra aussi s'habituer parce que derrière, se cachent des avancées parfois prodigieuses.

Lire également

Messages sponsorisés