Van Holsbeeck empêtré dans des transferts suspects

©BELGA

Après l’agent Christophe Henrotay, c’est au tour de l’ex-manager général du Sporting d’Anderlecht d’être interpellé. Herman Van Holsbeeck sera présenté au juge d'instruction Michel Claise ce vendredi. C’est la suite logique d’une enquête qui vise des transferts douteux de footballeurs.

Très proche de l’agent Christophe Henrotay, qui avait son rond de serviette à Neerpede, le cœur administratif du puissant Royal Sporting Club d’Anderlecht, Herman Van Holsbeeck devait bien se douter qu’il ne couperait pas aux questions des enquêteurs, aiguillonnés par le juge Michel Claise et le parquet fédéral. C’est donc chose faite: l’ancien manager général, présent de 2003 à 2018 à la tête de politique sportive du club anderlechtois, a passé la journée à répondre aux policiers fédéraux de l’Office central de la répression de la corruption.

Après avoir passé la nuit privé de liberté, c’est ce vendredi qu’il saura s’il doit être inculpé. Et il sera présenté en ce jour devant le juge d’instruction Michel Claise. Son conseil, Me Daniel Spreutels, qui fut l’avocat du club anderlechtois durant quatre décennies, s’est voulu rassurant, estimant "logique" que son client soit "amené à donner des explications", dans La DH.

Il n’était, jusqu’ici, rien reproché à Van Holsbeeck. Mais son interpellation est la suite évidente d’un mécanisme ouvert en avril dernier avec la perquisition au siège du Sporting. Au cœur du dossier, le transfert de l’avant-centre serbe Aleksandar Mitrovic, mais aussi d’autres, parmi lesquels celui du Diable Rouge Youri Tielemans, aujourd’hui joueur de Leicester, en Premier League anglaise, vers l’AS Monaco en 2017 pour 25 millions d’euros.

18,5 millions €
La somme officielle pour laquelle l’avant-centre serbe Aleksandar Mitrovic avait été cédé par Anderlecht à Newcastle.

Christophe Henrotay, qui fut l’agent de Tielemans et Mitrovic, est soupçonné de blanchiment, faux et usage de faux et association de malfaiteurs pour son rôle d’agents desdits joueurs dans ces transferts, dont les magistrats Claise et Moinil, du parquet fédéral, sont convaincus du caractère suspect. En négociant ces transferts avec Henrotay, dont il est un proche, Van Holsbeeck savait qu’il ne couperait pas à ces conséquences fâcheuses pour un homme à la si longue carrière dans le monde du football.

D’autres rebondissements à attendre Aleksandar Mitrovic, l’homme par qui l’enquête a débuté, avait été recruté pour 5 millions d’euros au Partizan Belgrade en 2013, une somme considérable pour cette époque pas si lointaine. Deux ans plus tard, en 2015, le RSC Anderlecht a fait une fameuse culbute en le transférant à Newcastle. Pour quelle somme? C’est bien la question: le montant annoncé dans la presse (18,5 millions d’euros) ne correspondait pas à celui enregistré par les instances de la Premier League britannique (16,5 millions), avait révélé Le Soir, au printemps dernier.

D’autres rebondissements sont encore à attendre, nous précise une source judiciaire, dans le cadre de ce dossier Mitrovic. En parallèle, l’affaire connexe qui tourne autour du Royal Excel Mouscron et cible un autre super agent, Pini Zahavi, se poursuit. Tout comme le dossier du footballgate, instruit quant à lui dans le nord du pays. Le travail de sape de la Justice dans le monde interlope du football belge se poursuit et semble bien loin d’être achevé.


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés