Yves Leterme trop "autoritaire" dans sa gestion d'Idea

©CALUDIO BRESCIANI_BELGA_SPECIAL

L'ancien Premier ministre Yves Leterme est pointé du doigt dans sa gestion d'Idea. Un rapport du bureau de consultance KPMG détaille la façon dont il dirige l'Institut.

Le bureau de consultance KPMG a détaillé, dans un rapport, la façon dont Yves Leterme dirige l'Institut international de la démocratie et l'assistance électorale (Idea), rapporte De Standaard. 

Commandé par les Etats membres d'Idea, qui souhaitaient examiner le fonctionnement de l'organisation, et notamment d'éventuels problèmes de gouvernance après un litige fiscal, le rapport pointe une direction "autoritaire" et parle d'un manque de pouvoir de décision collectif. Le rapport évoque aussi des cas de discrimination, de traitement préférentiel et de harcèlement. Leterme y est aussi loué pour ses décisions avisées, malgré de "graves lacunes" sur la manière dont elles ont été menées.

L'ancien Premier ministre belge n'a pas souhaité formuler de commentaire sur le contenu du rapport et s'est contenté de souligner ceci: "Chaque audit contient des éléments à améliorer et nous sommes ouverts à la critique constructive."

→ Un conseil des États membres d'Idea est programmé vendredi.

Pour rappel, Yves Leterme, qui est secrétaire général d'Idea depuis 2014, a récemment été épinglé pour s'être fait rembourser par son employeur des impôts qu'il conteste au fisc belge. Leterme est rémunéré, pour cette fonction, 14.500 euros par mois, un montant exempté d'impôt puisqu'il a un statut de fonctionnaire international, Idea étant basée en Suède. 

Sauf que... Fin 2016, le fisc belge a imposé le salaire de l'ancien Premier ministre au pro rata des jours prestés en dehors de la Suède. Ce que le principal concerné a contesté, et le montant qu'il a dû payer au fisc belge lui a été remboursé par Idea. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés