6.000 chômeurs supplémentaires en Wallonie

En Wallonie, le chômage est reparti à la hausse.

La pandémie de Covid-19 a stoppé le reflux du chômage en Wallonie. En 2020, le nombre moyen de demandeurs d'emploi inoccupés y a augmenté de 6.000 unités.

L'épidémie de coronavirus a mis fin à près de six années d'embellie sur le front du chômage au sud du pays. Sur l’ensemble de l’année 2020, la Wallonie aura compté en moyenne 209.263 demandeurs d'emplois inoccupés (DEI), soit une augmentation de 3% ou 6.015 personnes par rapport à 2019.

Les plus fortes croissances à un an d’écart ont été constatées durant les mois de printemps, pour atteindre un pic à 7,8% en juin avec quelque 15.000 chômeurs supplémentaires. La hausse s’est ensuite amenuisée pour s'établir à 1,9% en octobre. Après un rebond de 4,1% à un an d’écart en novembre, l’année s'est finalement achevée sur une nouvelle augmentation de la demande d’emploi de 2,6%.

Le chômage temporaire limite la casse

"Le recours au chômage temporaire aura relativement préservé l’emploi salarié et évité un afflux plus important de chômeurs complets."
Forem
Office wallon de l'emploi

D'après le Forem, la hausse moyenne du nombre de chômeurs constatée en 2020 aurait pu être bien plus conséquente sans les nombreuses mesures de soutien prises par les autorités pour amortir les conséquences de la crise. Le recours au chômage temporaire a notamment joué un rôle-clé en permettant de "relativement préserver l’emploi salarié et éviter un afflux plus important de chômeurs complets".

Le dispositif d'accompagnement instantané, mis en place en mai par l'office wallon pour aider les nouveaux demandeurs dans les 48 heures, a quant à lui permis à 30% des personnes qui en ont bénéficié d'être remises rapidement à l'emploi.

Au final, avec 209.263 chômeurs, le taux de demande d'emploi moyen atteint 13,1% de la population active wallonne en 2020, contre 12,8% en 2019. Sur base annuelle, on observe que l'accroissement de la demande d'emploi concerne toutes les classes d'âge, mais qu'elle est plus prononcée parmi les jeunes de moins de 25 ans (+5,3%). La deuxième hausse la plus forte concerne les DEI âgés de 30 à moins de 40 ans (+3,7%), qui sont suivis par ceux de 25 à moins de 30 ans (+2,4%).

Offres en recul

Sur les douze mois de l'année qui vient de s'achever, le Forem a par ailleurs diffusé un total de 449.000 offres d'emploi. Sans surprise, ce nombre diminue par rapport à 2019, année lors de laquelle 534.000 offres avaient été relayées.

Au mois de décembre, les secteurs d’activités qui accusaient les reculs les plus importants au niveau des offres étaient les hôtels et restaurants (- 68%), les services collectifs, sociaux et personnels (- 61%), l’industrie chimique (- 52%) ou encore celui de la métallurgie et du travail des métaux (- 46%). Par contre, une hausse de 3% des offres a été constatée dans le secteur "Santé et action sociale".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés