Publicité

7,6 milliards pour placer la Wallonie sur orbite

©BELGA

Le gouvernement Di Rupo a présenté vendredi les mesures pour la relance de la Wallonie. Avec un budget de 7,6 milliards, l'occasion est historique pour le sud du pays.

En présentant vendredi les 5 axes de son méga plan de relance, le gouvernement wallon reconnaît que le moment est historique. Le ministre-président Elio Di Rupo (PS) a ainsi souligné qu’il s’agissait "d’un élément extrêmement important dans la vie de la Wallonie pour les prochaines années", tandis que son collègue Philippe Henry (Ecolo) parle "d’un plan d’ampleur destiné à répondre à un triple défi" sur le plan social, environnemental et économique. Quant au libéral Willy Borsus, il n’hésite pas à affirmer que "la Wallonie doit réussir ce rendez-vous".

10
milliards €
En additionnant le plan européen, les moyens mis dans Get Up et le plan de transitions aux fonds Feder et FSE, la Wallonie va disposer d'une force de frappe de 10 milliards pour sa relance.

Du jamais vu!

Commençons par présenter l’enveloppe financière. En mutualisant l’argent reçu par l’Europe dans le cadre du plan de résilience (1,45 milliard), avec les 3,15 milliards que la Wallonie va emprunter pour financer Get Up, et les 3 milliards que le gouvernement va injecter dans son plan de transition adopté en début de législature, le gouvernement PS-MR-Ecolo dispose aujourd’hui d’une force de frappe de 7,6 milliards pour redresser le sud du pays.

"De mémoire, on n’a jamais autant mobilisé de moyens pour relancer la Wallonie", pointe le ministre socialiste Christophe Collignon. Ce budget sera par ailleurs renforcé par plus de 2 milliards d'euros issus des programmes européens Feder et FSE. Soit un total de près de 10 milliards pour espérer voir la Wallonie finaliser son processus de redressement socio-économique entamé il y a quelques décennies. Que ce soit en matière de taux de chômage, de formation, d’accès au logement ou du taux de pauvreté, les lacunes qui plombent la Wallonie ne sont évidemment pas apparues avec le covid il y a un an. La crise sanitaire et économique n’aura simplement fait que les renforcer.

Zones zéro chômeurs

Pour répondre à ces défis, le gouvernement wallon s’est fixé une feuille de route autour de 5 axes (miser sur la jeunesse et les talents; assurer la soutenabilité environnementale; amplifier le développement économique; soutenir le bien-être, la solidarité et l’inclusion sociale; et enfin garantir une gouvernance innovante et participative) et 20 mesures "structurantes pour construire la Wallonie de demain".

"L’objectif est de garantir un emploi à chaque personne sur ces zones."
Christie Morreale
Ministre de l’Emploi (PS)

Voilà pour la philosophie générale. Parmi toutes les actions qui seront lancées, et dont les détails opérationnels n’ont pas encore été communiqués, pointons par exemple la création de 15 à 20 zones zéro chômeurs sur le sol wallon. Cette initiative inspirée du modèle français s’opérera à travers des appels à projets. "L’objectif est de garantir un emploi à chaque personne sur ces zones", explique la socialiste Christie Morreale, ministre de l’Emploi.

Une autre mesure importante et sur laquelle dépendra une partie du succès de ce plan touche au processus de formation en alternance. Le gouvernement Di Rupo devrait ainsi entamer des discussions avec celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles afin de voir comment articuler les compétences afin de mieux tenir compte des réalités sociologiques de la Wallonie. "Un des piliers de la relance, ce sera la disponibilité de la main d’œuvre. Il va falloir trouver des mécanismes rapides pour permettre des formations rapides", martèle Willy Borsus. On parle encore de mesures autour du tourisme, la rénovation des logements, la souveraineté alimentaire, ou encore la mobilité.

Manque de vision

Pour le député François Desquesnes, chef de l’opposition cdH en Wallonie, ce plan le laisse dubitatif. "Il n’y a pas d’objectifs chiffrés, il n’y a pas de réformes basculantes, pas de garantie de l’amélioration de la gouvernance. On ne connaît pas non plus les priorités du gouvernement. On parle mobilité, formation en alternance, mais cela fait des années qu’on en parle. Si le gouvernement croit qu’il va mobiliser les Wallons et les entrepreneurs, ce n’est pas sérieux. Ce plan manque de vision, d’enthousiasme et de sérieux", tacle-t-il.

Le résumé

  • La Wallonie va bénéficier d'une enveloppe de 7,6 milliards pour sa relance.
  • Le gouvernement Di Rupo a concentré son plan autour de 5 axes et 20 mesures.
  • Les fonds Feder et FSE devraient permettre au sud du pays de bénéficier de 2 milliards de plus.
  • L'opposition cdH estime que le plan du gouvernement manque de vision et d'objectifs chiffrés.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés