7% des résidents des maisons de repos contaminés en Wallonie

©Photo News

Au 29 octobre, 3.598 résidents étaient positifs au Covid. L'Aviq dénombre aussi 2.504 membres du personnel contaminés.

A l’image du reste du territoire, la situation se détériore dans les maisons de repos en Wallonie avec une contamination qui vient de progresser de 2% en quelques jours. Le pic d’avril dernier n’a heureusement pas encore été franchi. "Pour la semaine 43 avec un état des lieux le 25 octobre 2020, on estime à 5,7% la proportion de résidents suspects ou confirmés. En comparaison, au pic de la première vague de la pandémie, à la mi-avril, cette proportion était de 9,3%", estime l'Agence wallonne pour une vie de qualité (Aviq).

Pour la semaine 43 avec un état des lieux le 25 octobre 2020, on estime à 5,7% la proportion de résidents suspects ou confirmés. En comparaison, au pic de la première vague de la pandémie, à la mi-avril, cette proportion était de 9,3%.
Aviq

Une hausse de 2% des contaminations en trois jours

La situation est cependant préoccupante et le virus progresse jour après jour. Sur les quelque 50.000 résidents des maisons de repos, 3.598 étaient positifs au coronavirus en date du 29 octobre, soit environ 7% des résidents, rapporte ce vendredi l'Aviq. C’est 2% de plus que le 26 octobre et ses 2.579 cas.

Sans surprise, la tendance est la même du côté du personnel des maisons de repos. Sur les 40.000 personnes qui y travaillent (18.000 équivalents temps plein), 2.504 sont contaminées au 29 octobre, contre 1.930 trois jours plus tôt.

L’Aviq a identifié 138  "clusters 10", soit au moins 10 cas avérés. Il y en avait 101 mardi dernier.

"Les hôpitaux ne peuvent refuser des malades en fonction de l'âge."
Cabinet de la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale

Conscient de la situation, le gouvernement wallon estime cependant que les maisons de repos sont mieux préparées pour répondre à la deuxième vague. Une série de mesures ont malgré tout été prises ces derniers jours afin de renforcer les équipes. Sans l'assurer, la campagne de testing par gargarisme de l'ensemble du personnel des maisons de repos pourrait, elle, débuter dès la semaine prochaine. Le cabinet de la ministre de la Santé Christie Morreale rappelle par ailleurs que "les hôpitaux ne peuvent refuser des malades en fonction de l'âge".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés