Bonne nouvelle pour le tram de Liège

©Keskistram

Le nouveau cahier des charges du gouvernement wallon pour construire le tram de Liège est validé par Eurostat. L’opération est considérée comme déconsolidée. L'attribution du marché devrait être réalisée au printemps 2018 et sa mise en service est attendue pour 2022.

Le projet du tram de Liège sous la forme d'un Partenariat Public Privé (PPP) a été plusieurs fois recalé par l'office européen Eurostat. En cause, les nouvelles règles comptables (normes SEC) qui alourdissent considérablement les règles d'investissement public et les projets avec le privé. Le gouvernement a dû lancer une nouvelle procédure de marché.

Le nouveau cahier des charges a été transmis à Eurostat en janvier. Ce vendredi, on apprend qu'après analyse, le cahier des charges a été validé par l'organisme européen. Le tram liégeois peut du coup poursuivre son long chemin vers la mise en service toujours attendue pour 2022.

Le groupe TEC a par ailleurs mis en ligne une nouvelle version de son site internet keskistram.eu, qui contient les informations principales sur le futur tram de Liège.

Le contre-la-montre est enclenché

La prochaine étape est de soumettre ce cahier des charges aux trois consortiums qui ont manifesté leur intérêt, à savoir Alstom-BAM PPP PGGM, CAF-Colas-DIF et Skoda-Vinci-CFE-Meridiam-ETF. L'attribution du marché devrait être réalisée au printemps 2018.

La Société Régionale Wallonne du Transport (SRWT) devra désormais soumettre au gouvernement wallon, pour approbation, le cahier des charges et les documents de marché en vue de la désignation du consortium qui sera chargé de la mise en oeuvre du projet.

Fin janvier, la commission de l'Environnement du parlement wallon avait approuvé à l'unanimité une proposition de décret qui offre un délai supplémentaire à la réalisation des travaux de grands chantiers tels que le tram de Liège. De quoi éviter une péremption précoce du permis unique.

Actuellement, les travaux doivent avoir commencé de manière significative dans un délai de trois ans après la délivrance du permis unique. Ce délai peut être prorogé de deux ans. Mais si dans ce délai, les travaux n'ont pas commencé de manière significative, le permis est périmé et le chantier ne peut être poursuivi. Pour le tram de Liège, le permis unique court depuis le 16 mai 2014 jusqu'au 16 mai 2019, en comptant le délai de prorogation de deux ans.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés