Publicité
interview

Christophe Collignon, ministre wallon du Logement: "Le défi du relogement va prendre des années"

©BELGA

Face à l'ampleur de la tâche qui attend la Wallonie en matière de relogement, le ministre en charge du Logement et des Pouvoirs locaux, Christophe Collignon, appelle le privé à mettre des logements à disposition.

À la recherche de solutions de relogement pour les sinistrés "à la rue" depuis les inondations, Christophe Collignon (PS), ministre en charge du Logement et des Pouvoirs locaux, attend toujours un décompte pour chiffrer l'ampleur du problème. "C’est très difficile d'avoir un bilan précis du nombre de personnes qu'il faut reloger. La situation sur le terrain dépend des communes. Or, celles les plus impactées ont perdu une partie de leur ingénierie et de leur capacité de gestion. Il y a des communes défigurées. Ce sont en tout cas des milliers de familles qu'il faut reloger. Avec les bourgmestres, nous avons réquisitionné des hôtels, des gîtes ou des centres de loisirs, mais cela reste des situations précaires. Le plus urgent va être de trouver des solutions transitoires et durables. Il ne faut pas croire que la situation sera résolue en quelques mois. Cela va prendre des années pour tout reconstruire. On ne mesure pas encore l'ampleur de la tâche, mais cela va être un défi colossal au niveau des procédures et des réglementations pour y arriver au plus vite."

"Avec les bourgmestres, nous avons réquisitionné des hôtels, des gîtes ou des centres de loisir, mais cela reste des situations précaires. Le plus urgent va être de trouver des solutions transitoires et durables."
Christophe Collignon (PS)

100 millions mobilisés en urgence

Pour répondre au plus urgent, Christophe Collignon a déjà débloqué une centaine de millions d'euros. L'argent, réorienté d'autres politiques, doit aider les communes, CPAS et les sociétés de logements à trouver des solutions plus acceptables et durables pour la population. "Nous avons, par exemple, dégagé 50 millions pour les communes et CPAS, dont 27 millions ont déjà été versés aux communes les plus sinistrées via des dotations. Cela va leur permettre de payer des solutions provisoires, de rembourser des logements réquisitionnés, de louer des habitations, de réparer  des maisons… La société de logements de la Vesdre a, elle, déjà reçu 1,5 million. Les sinistrés seront prioritaires dans l'accès à un logement libre d'une société de logements."

Mais à côté des millions d'euros que la Wallonie promet de dégager pour aider les sinistrés des zones les plus dévastées, Christophe Collignon ne minimise pas un aspect sociologique. "Tout cela va être très compliqué. Les gens sont attachés à leur région et c'est très difficile de leur demander d'habiter à l'autre bout de la Wallonie. Nous travaillons donc à d'autres solutions, comme du logement modulaire. Un marché-cadre va être lancé, mais cela va être compliqué tant le marché s'est tendu. Nous ne sommes pas la seule région à rechercher du logement modulaire. Il faudra aussi trouver des terrains qui soient disponibles et praticables."

"Nous allons faire appel au privé et aux propriétaires en leur proposant, par exemple, des incitants pour qu'ils mettent des logements à disposition. Il s'agit d'une course contre la montre."
Christophe Collignon (PS)

Réquisitions et appel au privé

Aucune option ne doit cependant être fermée. "On ne doit pas se limiter à une solution. La réquisition de bâtiments est une piste à suivre. Elle est intéressante et je rappelle aux communes que ce pouvoir existe dans la loi. Cependant, ce n'est pas aussi simple que le fait croire le PTB, car la plupart du temps, ces logements sont en mauvais état. La difficulté n'est pas tellement de les identifier, mais de les mettre à disposition. Nous allons faire appel au privé et aux propriétaires en leur proposant des incitants financiers, pour qu'ils mettent des logements à disposition. Il s'agit d’une course contre la montre. Il y a aussi des gens qui n'ont plus de gaz. C'est acceptable aujourd'hui, mais pas en hiver. Combien de temps va mettre Resa (la société liégeoise qui gère la distribution de gaz et d'électricité, NDLR) pour tout remettre en état? Plus on avance et plus nous devons faire face à de nouvelles problématiques. Le défi du relogement va prendre des années. Il faudra reconstruire autrement, ne plus mettre des caravanes le long des cours d'eau, élargir le lit des rivières, recalibrer la taille des égouts, miser sur les villes en les densifiant, utiliser les chancres et éviter l'étalement urbain."

"Il faut que l'État fédéral soit solidaire, et pas seulement en envoyant l'armée. Il serait singulier qu'on ait de l'aide de l'Europe et que le fédéral se limite à de la compassion."
Christophe Collignon (PS)

Appel à la solidarité du fédéral

Vu les défis logistiques et budgétaires qui attendent la Wallonie sur le front du relogement, Christophe Collignon admet que les 100 millions qu'il a réussi à dégager ne seront pas suffisants. "J’ai réorienté certaines politiques pour dégager ces budgets, mais il faudra qu'on se voie rapidement entre ministres pour que chacun réoriente une partie de son plan de relance."

Le ministre en appelle aussi au Fédéral. "Il faut que l'État fédéral soit solidaire, et pas seulement en envoyant l'armée. Il serait singulier qu'on ait de l'aide de l'Europe, et que le fédéral se limite à de la compassion. La baisse de la TVA à 6% pour la reconstruction est une bonne nouvelle, mais cette mesure ne devra pas être trop ciblée pour avoir un effet suffisamment positif."

Le résumé

  • "Avec les bourgmestres, nous avons réquisitionné des hôtels, des gîtes ou des centres de loisir, mais cela reste des situations précaires. Le plus urgent va être de trouver des solutions transitoires et durables. Il ne faut pas croire que la situation sera résolue en quelques mois."
  • "Nous allons en tout cas faire appel au privé et aux propriétaires en leur proposant des incitants financiers pour qu'ils mettent des logements à disposition."
  • "Il faudra reconstruire autrement, ne plus mettre des caravanes le long des cours d'eau, élargir le lit des rivières, recalibrer la taille des égouts, miser sur les villes en les densifiant, utiliser les chancres et éviter l'étalement urbain."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés