Dans l'enseignement, le décret inscription sera abrogé

©BELGAIMAGE

Voici les principales mesures qui concernent l’enseignement, compétence de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

• Véritable cauchemar de certains parents, objet d’incessantes polémiques depuis sa création, le décret inscription, qui régule l’entrée en première secondaire, sera abrogé et remplacé. C’est une des mesures phares annoncées par le trio PS-MR-Ecolo. C’est un trophée pour les libéraux, qui ont toujours vilipendé ce décret. Mais cette victoire serait-elle seulement symbolique ? Toute la question demeure de savoir par quoi et comment il va être remplacé. Des experts seront chargés de formuler des propositions concrètes. En outre, l’échéance de cette révision n’est pas précisée. Plusieurs critères actuellement en vigueur seront maintenus: le formulaire unique d’inscription, la période d’inscription, l’inclusion d’au moins 20% de publics précarisés, la priorité aux frères et sœurs… Cela sous-entend que la géographie jouera un moindre rôle, l’objectif étant que le libre choix des parents pèse davantage.

• Le pacte d’excellence est la grande réforme de notre enseignement, prévue pour s’étaler sur de longues années. L’accord prévoit de l’évaluer et surtout d’effectuer un monitoring constant de sa soutenabilité financière. Or, le budget de la Fédération est dans une situation (très) délicate et le financement du pacte reste un point d’interrogation.

• Trop facile, le CEB? La critique a été maintes fois entendue. Le nouveau gouvernement prévoit de renforcer son niveau d’exigence.

• Autre sujet controversé, l’allongement du tronc commun jusqu’en fin de troisième secondaire est maintenu. Mais il sera modulé. L’objectif sera notamment de renforcer les "activités orientantes" en troisième secondaire, autrement dit de faciliter la transition vers l’enseignement de qualification. Le nouveau gouvernement insiste aussi sur la formation en alternance qu’il entend développer.

• Si vous avez des enfants en âge scolaire, cela ne vous aura sans doute pas échappé: il manque des enseignants. La profession est en pénurie. Pour remédier au problème, le décret "titres et fonctions", qui réglemente l’accès à la profession, va être adapté. En attendant – c’est une rustine – pour une période couvrant les années 2020 à 2022, les enseignants qui le souhaitent pourront prester des heures supplémentaires avec avantages fiscaux à la clé.

• La réforme de la formation des enseignants, allongée, sera postposée d’un an. Elle était prévue à partir de septembre 2020. Surtout, elle va être évaluée et éventuellement modifiée, d’un point de vue pratique mais aussi financier. Autrement dit, on remet l’ouvrage sur le métier.

 In het nederlands? Le nouvel exécutif prévoit un débat public sur l’opportunité de choisir le néerlandais (ou l’allemand) dans un contexte de généralisation, dès 2022, des cours de langues en troisième primaire. Il envisage aussi la création d’écoles bilingues à Bruxelles.

• L’enseignement supérieur, qui en a bien besoin, sera refinancé. On parle d’une cinquantaine de millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect