Publicité

De Croo et Di Rupo vont explorer les demandes wallonnes

©BELGA

En attendant une rencontre entre Alexander De Croo et Elio Di Rupo, les demandes wallonnes crispent la majorité fédérale.

L’appel wallon fera-t-il mouche? En attendant un rendez-vous entre Elio Di Rupo (PS) et Alexander De Croo (Open Vld) afin "d’explorer techniquement les demandes actuelles de la Région", précise le cabinet du Premier ministre, la lettre transmise par le ministre-président wallon à son homologue fédéral alimente les conversations dans l’entourage des cabinets fédéraux. "Toutes ces demandes sont de l’emballage, pour au final, demander une contribution financière", résume un interlocuteur fédéral.

Réception glaciale

"Toutes ces demandes sont de l’emballage, pour au final, demander une contribution financière."
Une source fédérale

Pour faire bref, dans un courrier envoyé au Premier ministre Alexander De Croo il y a quelques jours, le Premier wallon "sollicite la solidarité fédérale" suite aux inondations et énumère une série de pistes à activer au sommet de l’Etat. Outre "la fixation de la TVA à 6% durant 5 ans pour tous les travaux et reconstruction dans les zones sinistrées" ou "la prolongation du droit passerelle", c’est surtout la demande de "contribution financière" qui fait jaser.

L’idée d’une contribution financière directe semble en effet difficile à faire accepter aux partis flamands de la Vivaldi. "Rappelons que c’est la sixième réforme de l’État menée par Di Rupo qui a régionalisé le fonds des calamités", glisse-t-on. Et à l’idée d’une diminution ciblée de la TVA dans les zones sinistrées, certains partis du gouvernement préfèreront une réflexion globale sur la TVA appliquée à la démolition-reconstruction sur base de normes énergétiques strictes.

"Dans une démarche environnementale qui s’appliquerait à toute la Belgique de manière temporaire, mais pas pendant 5 ans", précise-t-on. La prolongation du droit passerelle - le Fédéral est occupé à négocier un mois supplémentaire - ne tombe pas non plus sous le sens alors "que fin octobre, la majorité des activités devrait avoir repris".

La demande de la garantie fédérale sur les emprunts wallons se heurte en sus à l’article 15 de la loi spéciale de financement de 1980 qui précise que "l’Etat ne garantit aucun des engagements pris par la Communauté ou par la Région", signale-t-on au sommet de l’Etat.

Enfin, Elio Di Rupo suggère au gouvernement de couvrir la différence entre les revenus des chômeurs sans activité en raison des inondations et ceux du temps où ils travaillaient. On voit mal Pierre-Yves Dermagne faire adopter facilement un tel précédent.

Appui socialiste

"Il faut que le gouvernement fédéral prenne en compte ce que demande la Wallonie parce qu’il y a une forme de solidarité nationale qui doit jouer."
Thomas Dermine (PS)
Secrétaire d'Etat chargé de la Relance et des investissements stratégiques

Certaines langues francophones soutiennent néanmoins l'initiative wallonne. "Elio Di Rupo a grandement raison. Jusqu’ici, le Fédéral a été trop peu mobilisé. Il faut faire preuve de plus de solidarité. On aurait eu un ministre de l’Intérieur wallon, il se serait mouillé autrement."

Pour sa part, le secrétaire d’État socialiste Thomas Dermine soutient ouvertement la démarche. "Il faut que le gouvernement fédéral prenne en compte ce que demande la Wallonie parce qu’il y a une forme de solidarité nationale qui doit jouer. Une mesure mise en place pendant le covid comme le droit passerelle pourrait facilement être prolongée et être ciblée sur les zones sinistrées. Au niveau du plan d’investissement XXL du Fédéral, le groupe PS au sein du gouvernement va plaider pour que le Fédéral renforce certaines capacités de réaction pour faire face à ce genre de catastrophe, comme une augmentation des capacités au niveau de la protection civile ou de l’armée."

"Le dialogue a été constant et les contacts ont été réguliers entre le Premier ministre et le ministre-président."
Le cabinet du Premier ministre Alexander De Croo

Le cabinet De Croo rappelle les faits

Contacté, le cabinet du Premier ministre n’entend pas prendre de position avant la rencontre. Il rappelle simplement une série de faits et souligne que la solidarité fédérale a bien été activée depuis le premier jour. "Le dialogue a été constant et les contacts ont été réguliers entre le Premier ministre et le ministre-président." Dans les faits, l’entourage du Premier ministre précise les engagements en matière d’abaissement à 6% de la TVA, et souligne que la cellule d’appui fédérale est toujours active. "Le cabinet du Premier ministre prend, bien évidemment, acte de la volonté du gouvernement wallon que ce soutien soit prolongé. Nos cabinets en discuteront très prochainement."

Le résumé

  • Dans un courrier envoyé au Premier ministre il y a quelques jours, Elio Di Rupo "sollicite la solidarité fédérale" suite aux inondations et demande une "contribution financière".
  • Tout en promettant "d’explorer techniquement les demandes actuelles de la Région, Alexander De Croo souligne que la solidarité fédérale a bien été activée depuis le début.
  • En coulisses, les commentaires vont bon train.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés