nécrologie

Décès de Véronique Cornet

Figure de proue de l'opposition MR au Parlement wallon, elle était aussi bourgmestre de Montigny-le-Tilleul depuis 2000.

La députée-bourgmestre de Montigny-le-Tilleul Véronique Cornet (MR) est décédée dans la nuit de lundi à mardi des suites d'une leucémie, annoncent la commune et le MR. Elle avait 46 ans.

Née le 31 août 1968, Véronique Cornet était la fille du précédent bourgmestre de Montigny-le-Tilleul, Philippe Cornet, et la petite-fille de Clotaire Cornet, qui en fut le député-bourgmestre. Après des études de droit, elle est nommée receveur communal de la ville de Thuin, ville de Daniel Ducarme, avant de se présenter sur la liste fédérale du PRL d'alors et de succéder à Etienne Bertrand au décès de celui-ci en 1997. En 1999, elle est élue au parlement wallon et au parlement de la Communauté française, où elle a été reconduite au dernier scrutin de 2014.

"Ses qualités professionnelles, ses qualités humaines manqueront à la vie politique."
Olivier Chastel

En 2001, Véronique Cornet est devenue pour la première fois bourgmestre de Montigny-le-Tilleul, et a été désignée à nouveau à ce poste aux élections de 2006, puis de 2012. Le décret anti-cumul l'a amenée à choisir en 2014 le mandat de député en restant bourgmestre en titre. C'est au cours de la campagne qui a précédé le scrutin qu'elle a rendu publique la leucémie dont elle était atteinte.

"Le grand Charleroi, la Wallonie perdent une femme politique exceptionnelle qui se battait pour concrétiser ses idéaux de justice sociale à travers un développement économique harmonieux."
Charles Michel

Vice-présidente du parlement wallon pendant plus de dix ans, elle a été l'un des fers de lance de l'opposition au gouvernement PS-cdH entre 2004 et 2009, au cours d'une législature marquée par des affaires politico-judiciaires qui ont ébranlé le PS et les institutions wallonnes. Les dossiers n'ont pas manqué où elle a fait montre d'une pugnacité parfois redoutable, la plaçant régulièrement sous les feux des projecteurs: Forem, Immocongo, gestion des intercommunales, contrats informatiques, règles d'attribution des marchés publics de révisorat d'entreprises, etc. Elle suivait également de près les dossiers qui touchaient la région carolorégienne, du désenclavement sud de la métropole sambrienne à l'aéroport de Gosselies.

Véronique Cornet appartenait à la génération montante du MR wallon, aux côtés de Pierre-Yves Jeholet, Jean-Luc Crucke et Willy Borsus. Elle prit le parti de Didier Reynders lorsque le MR se déchira autour de la présidence du parti. Sa maladie la conduisit à s'effacer au cours des dernières années de son mandat.

©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés