epinglé

Deux syndicalistes s'engagent à Mons pour combattre Di Rupo

En dialoguant avec les deux syndicalistes qu’il a côtoyés en tant qu’échevin, Georges-Louis Bouchez a réussi à faire sauter leurs a priori en mettant en avant son projet. Un redéploiement de la ville qui, à ses yeux, n’est ni de gauche ni de droite. ©BELGA

En dialoguant avec les deux syndicalistes qu’il a côtoyés en tant qu’échevin, Georges-Louis Bouchez a réussi à faire sauter leurs a priori en mettant en avant son projet.

Il y a un an et demi, le MR montois Georges-Louis Bouchez avait refusé poliment une invitation des jeunes CSC à s’affilier au syndicat. Leur geste – qui se voulait facétieux – était intervenu lors d’un débat sur le chômage auquel avait participé l’élu MR à Charleroi.

Georges-Louis Bouchez n’a donc pas signé pour la CSC, mais aujourd’hui, ce sont deux syndicalistes – dont… une CSC – qui signent leur lettre d’adhésion à la liste formée par Georges-Louis Bouchez pour les communales à Mons.

Mons en Mieux rallie en effet Estelle Heyters Caudron, membre engagée de la CSC et ancienne responsable RH des pompiers de la Ville de Mons, ainsi que Mickaël Meneghetti, affilié à la CGSP et conducteur au Tec Hainaut.

Comme quoi, on peut être travailleur au Tec, syndicaliste, manifester contre le gouvernement Michel (ce que l’homme a fait), et rallier un des membres du parti honni pour mener un combat contre le ténor socialiste par excellence, Elio Di Rupo

En dialoguant avec les deux syndicalistes qu’il a côtoyés en tant qu’échevin, Georges-Louis Bouchez a réussi à faire sauter leurs a priori en mettant en avant son projet. Un redéploiement de la ville qui, à ses yeux, n’est ni de gauche ni de droite.

"Leur combat syndical est une nouvelle illustration que Mons en Mieux est pluraliste."

"Soyons clairs, cela aurait été une liste MR, ils ne seraient jamais venus, tempère Georges-Louis Bouchez. Mais une fois qu’on retire les étiquettes, et qu’on se concentre sur la philosophie et le fond du projet, on constate que des personnes de tous horizons peuvent montrer de l’intérêt."

Il y a déjà la petite histoire, bien connue, du ralliement à Mons en Mieux de la cdH Opaline Meunier. Mais la liste portée par le libéral a aussi attiré dans ses filets l’ex-chef de file Ecolo de la Ville, François Collette, ainsi que Marc Vandercammen du Crioc.

"Mons en Mieux, ce n’est pas un MR + avec quelques personnes qui n’osent pas encore prendre leur carte du parti, dit Georges-Louis Bouchez, ce n’est pas une liste d’ouverture. C’est autre chose. Et le combat syndical de ces deux nouveaux venus est une nouvelle illustration que Mons en Mieux est pluraliste et attaché à aucun parti traditionnel."


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect