Publicité

Elio Di Rupo: "Nous pouvons connaître des jours meilleurs"

©BELGA

Le ministre-président a prononcé son discours sur l'état de la Wallonie et promet des jours meilleurs, notamment grâce au plan de relance du gouvernement.

C’est devenu désormais une tradition. Chaque année, le ministre-président de la Région wallonne prononce au parlement son discours sur l’état de la Wallonie. Cette année, avec la crise, le "state of union" d’Elio Di Rupo était néanmoins particulier avec des indicateurs socio-économiques qui démontrent que la situation de la Wallonie s’est détériorée en un an alors que "notre Région retrouvait un élan économique et social, quand la covid en a décidé autrement", a expliqué Elio Di Rupo.

Les indicateurs dans le rouge

Se basant sur les données récoltées par l’Iweps, le ministre-président aura donc dû se contenter de dresser un terrible constat qui ne surprendra personne: recul de 6% du produit intérieur brut (PIB) en 2020 par rapport à 2019, recul de 7% de la consommation des ménages wallons, chute de 8% des investissements privés, baisse de 4,2% des exportations de biens et services, chute de 6% des investissements publics.

"En d’autres termes, et c’est bien triste, plus de 560.000 citoyens subissent des privations matérielles et sociales dans notre Région.
Elio Di Rupo (PS)
Ministre-président de la Région wallonne

À ce terrible tableau, le ministre-président a rappelé aux députés que le taux de privation matérielle et sociale était de 15,5% en Wallonie l’année dernière. "En d’autres termes, et c’est bien triste, plus de 560.000 citoyens subissent des privations matérielles et sociales dans notre Région" et "en moyenne, chaque mois 73.000 personnes ont bénéficié de revenus d’intégration sociale en 2020", pointe le ministre-président en rappelant que "les dépenses du gouvernement de Wallonie liées à la crise sanitaire s’élèveront à plus de 3,3 milliards d’euros d'ici à la fin de l’année 2021".

En toute logique, face à ce constat posé, Elio Di Rupo a profité de son discours pour mettre en avant le plan de relance de la Wallonie adopté la semaine dernière et dont le budget global est de 7,64 milliards à utiliser d’ici 2024.

"Rien ne sert de se lamenter sur la crise sanitaire et ses conséquences pour la Wallonie", affirme le ministre-président. "Les choses sont ce qu’elles sont. À nous de les améliorer en faisant face à l’adversité! Le gouvernement se veut résolument tourné vers le futur. Le gouvernement est optimiste. Grâce à ses efforts, aux efforts de la société civile et aux efforts des habitants de notre Région, nous pouvons connaître des jours meilleurs, plus souriants, plus heureux."

Du côté de l'opposition, si le cdH a pointé les "nombreuses intentions louables" du plan du gouvernement, son chef de groupe François Desquesnes a demandé au ministre-président d'avancer suivant un calendrier précis. "Comment mobiliser toutes celles et ceux qui font la Wallonie sans un calendrier précis qui permet à tous de s’aligner, de se préparer et de saisir les opportunités?"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés